Appli du Medef : une grenouille pour l'économie française ?

Le Medef lance "Météo de l'éco", une application pour smartphone regroupant 30 indicateurs clés de l'économie. Passage en revue de cet outil informatif et politique à destination des entreprises mais aussi des Français dans leur ensemble.

4 mn

Avec Meteo de l'éco, le Medef passe au numérique pour convaincre les Français de la nécessité de réformer
Avec "Meteo de l'éco", le Medef passe au numérique pour convaincre les Français de la nécessité de réformer (Crédits : DR)

Plus pratique qu'une grenouille sur une échelle, l'application Météo de l'éco, lancée ce mardi par le Medef, vise à donner aux français la température de leur économie.

Gratuite et disponible sur l'Apple Store et Google Play, mais aussi consultable sur un site Internet, elle est destinée "aux chefs d'entreprise, aux décideurs, aux professeurs, aux étudiants, aux journalistes et aux citoyens" selon les propres mots de l'organisation patronale. L'opération séduction du Medef vise donc un spectre large de la population française, pour ne pas dire son intégralité.

Une éclaircie dans le brouillard des indicateurs économiques ?

Disposer d'une "information actualisée et contextualisée sur les fondamentaux de notre économie"

Météo de l'éco est un outil qui se veut informatif avant d'être, bien entendu, politique. L'application agrège en effet une trentaine d'indicateurs classés en cinq catégories (activité, emploi-chômage, éducation-formation, situation des entreprises et finances publiques), tirés de l'Insee, de la Commission européenne, de l'OCDE ou encore des Douanes nationales. Ces statistiques d'organismes nationaux et internationaux reconnus sont affichées de manière simple par l'application, sans surplus d'analyses et interprétations orientées.

L'application étudie la situation de la France dans deux directions : évolution chronologique et comparaison avec ses principaux voisins (Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le ciel ne s'annonce pas dégagé, si l'on en croit la "météo de l'économie".

Sans surprise, le Medef lance l'alerte tempête pour le bateau France

En créant cette application, le Medef veut ouvertement passer un message politique, celui que son président Pierre Gattaz martèle avec ferveur depuis plusieurs mois maintenant: "la France est dans une situation catastrophique", et les réformes sont nécessaires. Dans La météo de l'éco, la comparaison quasi-systématique des indicateurs avec l'Allemagne - comparaison dont Christophe de Margerie (PDG de Total) dit qu'elle a toujours "des fins politiciennes" - s'inscrit dans la droite ligne des arguments habituels de l'organisation patronale, qui s'échine à mettre en exergue l'atonie de la situation économique française en la comparant à celle de son voisin d'outre-Rhin. Une pratique de plus en plus critiquée.

  Lire aussi >> Pour en finir avec le modèle allemand, par Jean-Jacques et Steve Ohana

Un bulletin météo sans éclaircies ... et sans parapluie

La quasi omniprésence du pictogramme du nuage avec les éclairs, visant à démontrer la faiblesse de l'économie française sur l'essentiel des plans, contribue au constat général fait par le syndicat des patrons : le ciel est décidément bien gris. Bien que La météo de l'économie française ne fasse pas de prévisions, tous les indicateurs portent à penser que ce ciel ne se dégagera pas de sitôt. C'est à se demander si Toucan Toco, la start-up française, à qui a été confiée la réalisation de l'application, a eu besoin de créer le symbole du soleil, au cas où. Aux retards de l'économie française pointés dans La météo de l'éco, aucune solution n'est cependant avancée. Un simple bulletin météo annonçant l'orage, mais n'offrant pas de parapluie.

Par le biais de cette application gratuite et simpliste, l'organisation patronale compte essayer de convaincre tous les Français de la nécessité urgente de réformer. Très loin de la "positive attitude" de Raffarin, la démarche du Medef se veut réaliste. De là à penser que La météo de l'éco suffira à provoquer la prise de conscience qu'il souhaite, il y a quand même un pas... En tout cas celui du numérique est franchi.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.