"Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté" (Pierre Gattaz)

 |   |  388  mots
Conformément aux propositions du Medef, révélées lundi par Les Echos avant la conférence de presse de l'organisation patronale prévue pour mercredi 17 septembre, Pierre Gattaz milite pour que la durée de travail s'adapte aux besoin des sociétés.
Conformément aux propositions du Medef, révélées lundi par Les Echos avant la conférence de presse de l'organisation patronale prévue pour mercredi 17 septembre, Pierre Gattaz milite pour que la durée de travail s'adapte aux besoin des sociétés. (Crédits : Reuters)
Le président du Medef estime, dans un entretien accordé au Parisien/Aujourd'hui en France mardi 16 septembre, qu'il faut "fluidifier" le marché du travail.

"Les mots interdits, les tabous, ça suffit [...] Il faut fluidifier le marché du travail. [...] Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté."

Les récentes propositions du mouvement patronal sur les salaires, la durée du travail ou les jours fériés pour créer (selon le Medef) un million d'emplois, révélées par Les Echos lundi 15 septembre, ont été jugées provocatrices par les syndicats. Pierre Gattaz, le président du Medef, déplore qu'il y ait "encore beaucoup de conservatisme" chez ces derniers.

Il plaide pour un dévérouillage des contraintes dans un entretien accordé au Parisien/Aujourd'hui en France, mardi 16 septembre:

"Il y a une double peur en France : celle du salarié de se faire licencier et celle du patron d'embaucher. Attaquons-nous à cette double peur."

Négocier le temps de travail selon les besoins des entreprises

Conformément aux propositions du Medef révélées avant la conférence de presse de l'organisation patronale prévue pour le mercredi 17 septembre, Pierre Gattaz milite pour que la durée de travail s'adapte aux besoins des sociétés:

"Toutes les entreprises devraient pouvoir négocier le temps de travail à la carte, selon leurs besoins et pas seulement celles qui ont des difficultés [...] Les 35 heures appliquées de manière uniforme, ce n'est plus d'actualité".

Et de renchérir en plaidant pour une libéralisation du travail de nuit et le dimanche:

"Il faut autoriser le travail le dimanche et après 21 heures, sur volontariat, quand une entreprise le demande par exemple. En France, il y a cinq millions de chômeurs... Si on leur propose de travailler de 21 heures à minuit en étant doublement ou triplement payés, c'est toujours mieux que rien, non ? Ouvrons le débat."

    Lire aussi>> En vingt ans, le nombre de personnes habituées à travailler la nuit a doublé en France

Intégrer "les nouveaux modes de vie"

D'autre part, le numéro 1 du Medef considère qu'"il faut simplifier le Code du travail en intégrant les nouveaux modes de vie".

Alors que ce mardi 16 septembre Manuel Valls va tenter d'obtenir le vote de confiance de l'Assemblée nationale, le patron du Medef encourage le Premier ministre: "Il doit garder le cap et aller plus vite et plus fort".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 8:54 :
Gattay fait de la politique et de l'idéologie au lieu de défendre les entreprises.
a écrit le 17/09/2014 à 7:34 :
Quand on propose de supprimer seulement deux jours fériés au lieu de supprimer purement et simplement les 35 heures, on joue sacrément petit bras...
a écrit le 17/09/2014 à 6:00 :
Quand on ne paye que 3% d'impôts société comme monsieur Gattaz, on comprend son intérêt à baisser les salaires, qui seront complétés par des aides sociales. Il s'en fout, il paye pas d'impôt.
C'est vous qui verserez les compléments en aides sociales, PAS LUI (ni les autres banques et grosses entreprises transnationales dont il défend les intérêts et qui sont dans le même cas) !
Même un groupe comme TOTAL (pourtant en tête du CAC40) n'a pas versé un centime d'impôt en France pendant près de dix ans...
a écrit le 17/09/2014 à 5:42 :
Lui aussi a "vécu"'. J'espère que je n'aurais pas cette tête là à 54 ans...
a écrit le 17/09/2014 à 5:36 :
Quant au travail le dimanche, à part peut-être pour détruire encore un peu plus la famille (et ses valeurs), je ne vois vraiment pas quel pourrait être l'objectif, sachant que son sous smicard à 800€, qu'il aille dépenser sa paye de misère sur 6 jours ouvrés ou sur 7 ne changera rien à l'affaire et en ligne de compte il n'aura toujours pas plus de sous à dépenser. Bref ça ne relancera pas l'économie française qui est basée aux deux tiers sur la consommation de chinoiseries (à crédit puisqu'on s'endette massivement pour ça).
a écrit le 17/09/2014 à 5:33 :
"Suppression de la taxe sur les salaires pour les secteurs de la banque et de l’assurance, et de la taxe sur les transactions financières."

La schlag c'est que pour les sans-dents alors?
a écrit le 16/09/2014 à 23:09 :
"Ton discours patronal a vécu, il n'est plus adapté!" (Pierrot Le Fou)
a écrit le 16/09/2014 à 22:10 :
Un salarié, c'est un patron qui a raté sa vie.
a écrit le 16/09/2014 à 21:58 :
C'est quoi votre nouveau modele sociale M GATTAZ ?
Rendre les salaries corveables à merci ? Baisser les salaires ? Pouvoir les virer par mails ?
Et pourquoi ? Pour creer des emplois sous payes ? Engraisser vos actionnaires ? En quoi cela permettra de redresser l'économie ?
Autre chose, vous n'avez été élu par personne et vous n'etes qu'un syndicaliste du lbéralisme. Arreter de nous "pomper" avec vos discours à 3 balles
a écrit le 16/09/2014 à 21:46 :
Ce sont les Gattaz qui incarnent un vieux modèle de patrons français rétrogrades.
a écrit le 16/09/2014 à 21:27 :
Il n'emmènera pas son fric dans sa boîte en sapin.
a écrit le 16/09/2014 à 20:53 :
c est vrais ce vieux model la vaut mieux le mettre au placard et l oublier
a écrit le 16/09/2014 à 20:23 :
Il a raison... Le vieux modèle a assez vécu, assez fait de mal avec son SMIC, ses fonctionnaires assistés, ses classes moyennes bourgeoises conservatrices, son BAC de
pacotille ( régulateur social ), ses " profs " paternalistes et conservateurs qui vous envoient dans des filières techniques bidon - celles là mêmes où ils ne songeraient pas un instant envoyer leurs propres enfants ( regardez les statistiques ! ) et tous ces interdits posés à toute une partie de la population qui ne demandent qu' à pouvoir se
former ... alors même que des milliers de personnes sans la nationalité française bénéficient de toutes les facilités et de toutes les commodités de la vie étudiante ...
Une honte tous ces déséquilibres, tout l' arbitraire de ce système ... Et à qui profite
tout ça ? Aux classes moyennes, aux fonctionnaires ( ... ) autrement dit à l'électorat de base des deux ou trois partis politiques qui régissent la vie politique en France; la suite
on la connait ... L" immobilisme et la rigidité partout, les préjugés et les schémas les
plus arbitraires qui continuent à dessiner les frontières du paysage politique et social de
la société française. No comment !
ps : ma liste n'est pas exhaustive et je ne défends aucune ligne politique.
a écrit le 16/09/2014 à 20:16 :
"Pierre GATTAZ a vécu, il n'est plus adapté" aaa
a écrit le 16/09/2014 à 20:03 :
Tous les modèles sociaux sont respectables quand ils sont financés. Et effectivement, le modèle social francais est dépassé, incapable d'être financé. Et le chômage VA continuer d'augmenter..
a écrit le 16/09/2014 à 19:41 :
En lisant les commentaires (la plupart) ici on se rend compte à quel point la France est dépassée.
Je ne m’inquiète pas, les choses changeront un jour pour le bien de tous mais cela ne sera possible qu'une fois le système à terre et cela semble être pour bientôt.
Réponse de le 16/09/2014 à 20:06 :
le retour au XIX serait-il un progrès ? C'est cela la modernité ? Vous savez comment s'est terminée cette période ? Imaginez ce que cela donnerait avec la mondialisation "heureuse" des individus, des nations, des systèmes sociaux en concurrence pour le profit de qui, de quoi ?
Réponse de le 16/09/2014 à 22:46 :
Très bien répondu !! + 10000000 !
a écrit le 16/09/2014 à 18:40 :
..et le sien de "modèle ", il a vécu aussi, parce qu'on EN VEUT PAS !!
a écrit le 16/09/2014 à 18:26 :
Déjà, Parisot était lassante au point de ne plus l'écouter. Bis repetitas..?? Mais bien sûr, mon petit gars, qu'on va payer pour venir bosser.
a écrit le 16/09/2014 à 18:10 :
Le MEDEF a peut-être vécu aussi ? Il n'est plus adapté.
a écrit le 16/09/2014 à 17:37 :
"Notre modèle social a vécu". Notre modèle a parfaitement fonctionné avant la financiarisation de l'économie, et la dérégulation des marchés. Malgré l'échec manifeste du modèle économique choisi par nos élites, aucune remise en question du dogme imposé aux peuples. La Chine va leur apprendre ce qu'ils ont eu aussi vécu...
a écrit le 16/09/2014 à 14:12 :
faites une place au gouvernement pour Pierre , il est au top niveau c'est à dire à point et maintenant il à toute sa place .
a écrit le 16/09/2014 à 13:33 :
C'est quoi ces patrons du CAC40 qui ont fait encore plus de bénef les 6 premiers mois de 2014;
c'est quoi, ceux qui cumulent yatch, voiliers, appartements dans le 16EME
c'est quoi ces privilégiés de notaires, huissiers, pilotes d'avions qui ont des salaires autour des 20 000 e/mois

Honte à eux qui laissent crever la gueule ouverte leurs contemporains.

Qu'ils aillent tous au diable
Réponse de le 16/09/2014 à 14:06 :
...et que leur fric, les étouffent !
a écrit le 16/09/2014 à 13:16 :
Soit on remet tout à plat sinon c'est le déclin inexorable avec son ballet de pleurnicheuses.
a écrit le 16/09/2014 à 13:12 :
Vire moi ca ....je suis chef d entreprise (12 sal) et je ne me sent pas du tout représenter par cet amateur.
Oui nous sommes entrain de tuer notre modèle social....dommage c'est une des meilleurs choses qui ai été créé après la guerre.
Comme si la fourmilière se retournait contre la reine a la mangeant doucement.
Liberont le marche du travail en contre partie partage des bénéfices a hauteur de 30% avec les salaries en fonction du travail réalise et de l absentéisme....
D abord les travailleurs l investissement et seulement après les actionnaires
a écrit le 16/09/2014 à 12:45 :
Est ce qu'il parle des subventions directes ou indirectes, versés aux entreprises et payé par les contribuables/salariés qui se font exploiter?!
a écrit le 16/09/2014 à 12:33 :
Je bosse en PTC depuis presque 20 a . C est a dire des nuits des week-end des jours fériés ... Et bien il y a 15a. J étais bien payé les nuits mais now. C est 20% de plus ... Donc j aimerai bien être paye le double ou le triple comme le dit ce mr .. Ma boîte profite largement de moi en me payant de moins en moins les nuits et dimanche ...
a écrit le 16/09/2014 à 12:00 :
Ce Gattaz ne vaut pas mieux que nos hommes et femmes politiques !!!! tous à mettre dans le même sac.....
et si on leur demandait de baisser leurs revenus (volontairement au pluriel) qui ne sont pas comparables avec ceux de tout un chacun, qu'est ce qu'ils diraient ?
Réponse de le 16/09/2014 à 14:10 :
oh! pauvre! mais il n'en est même pas question! tenez, prenez le cumul des mandats...changement en 2017, soi disant...Chuuttttt! ça, ça fâche ces messieurs!on a atteint actuellement, les summums de la chienlit!
a écrit le 16/09/2014 à 11:58 :
il a parfaitement raison!! Notre système social est inadapté et doit être complètement révisé!! Halte aux avantages acquis, aux subventions en tout genre, aux allocations détournées de leurs objectifs initiaux!!
a écrit le 16/09/2014 à 11:39 :
lui n a connu que la richesse gagner dignement sur le dos des ouvriers. quand t il s agis de fabriquer de la monnaies pour les banques aucuns problèmes quand c est pour l ouvrier il faut sanctionner. monsieur gataz votre passage sur terre na servit que pour emmerder les ouvriers
a écrit le 16/09/2014 à 11:28 :
LE SIEN RESTE !
Réponse de le 16/09/2014 à 13:31 :
Ok pour remise à plat des 35 heures ,mais supression des aides Fillon avec.
Halte aux subventions,une entreprise subventionnée est déja en difficulté,
pou le reste un ou deux jours feries en moins pourquoi pas,
un smic< au smic ,oui pour les jeunes pendant un ou deux ans,pour relancer le marché
a écrit le 16/09/2014 à 11:04 :
Par contre Pierre Gataz a très bien survécu.
a écrit le 16/09/2014 à 10:59 :
L'économie n'a d'autre but que d'améliorer la situation sociale, c'est ce que l'on a vu pendant les 30 "glorieuses" et maintenant, ce n'est qu'un retour en arrière parce l'économie a faillie!
a écrit le 16/09/2014 à 10:33 :
Bonjour,
Ce discours est totalement démagogique de plus le Medef oublie une chose très importante c'est que ce qu'il préconise existe déjà :
- Les 35h représentent l’horaire légal qui peut-être dérogé par un accord d'entreprise négocié avec les représentants du personnel. Donc propos caduque et inutile. Ensuite si M Gataz n'arrive pas à négocier avec ses syndicats c'est un autre problème.
- Le travail du dimanche et après 21h n'est pas interdit il est autorisé dans certaine limite et toujours sur volontariat. Ensuite le rendre systématique via un accord syndical devrait effectivement être autorisé par la loi cela permettrait un peu plus de flexibilité. Par contre le dimanche est déjà payé double et les heures de nuit à partir de 22h sont payées 150% donc s'il veux améliorer ce traitement déjà favorable avec grand plaisir. La question de la rentabilité d'un tel dispositif se poserait néanmoins notamment pour les TPE qui représentent la majorité du tissu économique français ... .
- Le modèle social a vécu d'après M Gataz. Cependant ce dernier oublie de préciser que c'est précisément ce modèle social qui nous permet d'avoir une bonne productivité et des salaires relativement modérés face à d'autres pays développés. Les salariés restent en meilleur santé que dans la plupart des pays de l'OCDE justement garce à notre modèle social. De plus nous avons fait le choix d'une retraite globale par répartition et c'est un choix populaire, il n'appartient certainement à M Gataz ni même au gouvernement de remettre cela en cause sans un référendum. Enfin les entreprises sont bien contente lorsqu'elles ont des avantages fiscaux en formant leur salariés par contre lorsqu'il faut payer les cotisations elles râlent. Enfin n'oublions pas que si le modèle social saute il faudra transférer ce qui était cotisé aux caisses, directement aux salariés pour qu'il cotisent eux même à des caisses privées et cela impliquerait donc la remise en place de grilles de salaires contraignante pour les employeurs sinon les salariés seraient doublement perdants. Donc pas d'économie pour les entreprises par contre la sécurité sociale serait transférée au privée et on peut se demander si toute cette démagogie ne sert pas justement à récupérer la gestion des centaines de milliards des retraites et de la santé par le privé justement. Folie pure ... . On a vu ce que cela a donné aux USA avec la crise des subprime. Des millions de salaries sans couverture sociale ni retraite après des dizaines d'années de cotisations. Un Hold-Up pur et simple ... .
Moi je pencherais sur le fait qu’il ne faut absolument rien changer et au contraire geler l'arsenal législatif en terme de droit du travail et de politique sociale. Cela permettrait de stabiliser le marché et de garder pendant des années les même règles du jeux ce qui donnerais de la lisibilité et de la visibilité aux investisseurs, aux chefs d'entreprises et aux salariés. Par contre critiquer notre modèle social reste un vieux serpent de mer qui ne servirait qu'aux investisseurs et rentiers qui veulent à tout prix améliorer leur rendement sur la masse salariale au lieu d'investir dans la R&D et de trouver de nouveaux marchés. Ridicule ... .
Par contre la véritable réforme serait de former véritablement les chômeurs en créant des filières de formation courte (12 mois) assorties d'un stage rémunéré de 12 mois totalement défiscalisé pour l'employeur qui alors ne payerait pas de charge sur le salaire du stagiaire en professionnalisation. Ces filières de formation devraient-être obligatoire pour toute une série de catégorie de salariés dont les compétences sont obsolètes ou insuffisantes. Cela permettrait de remettre en adéquation les compétences des salariés avec les besoins des entreprises. Bien évidemment les entreprises, les chômeurs, le pole emploi et l’éducation nationale accompagné des grandes écoles devraient être les concepteurs du système afin de ne plus se retrouver avec des dispositifs inutilisables mis en place par des bureaucrates ignorant de la réalité du terrain.
Pour moi la véritable réforme elle est là : 2 ans de droits chômage = 1 an de formation + 1 an de stage rémunéré + défiscalisation/abattement de charge pour l'employeur + projet de formation en adéquation avec le projet du chômeur/les besoins des entreprises locales.
Cela permettrait aux entreprises d'avoir une main d’œuvre qualifiée, motivée et relativement bon marché et surtout formée aux besoins spécifique de l'entreprise via des parcours de formation type mis en place par le comité multi-parti cité un peu plus haut. Cela permettrait aux chômeurs de gagner une diplôme, de l’expérience professionnelle et d'avoir un pied dans la même entreprise pendant 12 mois plutôt que d'aller de CDD en CDD. Cela permettrait au gouvernement de sortir des statistique du chômage ces personnes qui serait intégré dans un dispositif formation/emploi donc serait dans un statut similaire à l'alternance qui est du salariat même si l'indemnité chômage serait versé par le pole emploi pendant la formation. Par la suite l'employeur prendrait le relais et après la professionnalisation d'un an si le salarié n'est pas embauché il lui resterait un an de droit au chômage + un diplôme + un an d'expérience pro ce qui limiterait fortement sa précarité et lui permettrait de rebondir très vite via des mesures d'accompagnement prises en amont de la fin du contrat par le pôle emploi.
Bien entendu cela demande du travail, de la rigueur et surtout de l’investissement. Il est plus simple de faire de la démagogie en martelant que le problème c'est nous ... .
Rajoutons à cela la cotisation de l’impôt sur le revenu à la source par l'employeur, cela empêcherait une bonne partie de la fraude et surtout cela permettrait aux salariés de réellement négocier leur salaires en net sans surprises. Bien entendu c'est une contrainte pour les entreprises à court terme mais une amélioration des finances publiques également à court terme et une meilleure lisibilité de la fiche de paie pour le salarié à moyen terme. Donc des avantages en terme d'environnement et de fiscalité pour les entreprises à moyen et long terme.
a écrit le 16/09/2014 à 10:33 :
Bah moi je dis on n'a pas fini de glander sur les sites d'actualités avec des mesures pareilles.
Réponse de le 16/09/2014 à 17:15 :
Oui, impossible d' en " finir "- de ricoché en ricoché et on en voit jamais la fin; et
pourquoi en vérité ... ? Tous dans le même sac ... et d'ailleurs les 3/4 des commentaires sont dans la ligne malgré les apparences ...
a écrit le 16/09/2014 à 10:17 :
Il a entièrement raison, dans les pays asiatiques les services tournent 24h/24 et 7j/7, c'est assez sympa. Les gens n'en sont pas plus malheureux et même plus équilibrés, beaucoup moins de violences urbaines, et oui ils sont occupés à travailler.
Réponse de le 16/09/2014 à 10:39 :
...et à se SUICIDER !! voyez les chiffres chez les Asiatiques !!
a écrit le 16/09/2014 à 10:01 :
Pierre Gattaz "En France, il y a cinq millions de chômeurs... Si on leur propose de travailler de 21 heures à minuit en étant doublement ou triplement payés, c'est toujours mieux que rien, non ? Ouvrons le débat."

Si on commence par diviser le SMIC par trois, ça a du sens !
Réponse de le 16/09/2014 à 11:02 :
Les 35 h partageaient le travail, et maintenant on veut partager l'argent!
a écrit le 16/09/2014 à 9:58 :
M Gattaz est un patron et pour la première fois exprime les idées des patrons. C'est un immense progrès social. Car jusqu'à présent seuls les syndicats non représentatifs pouvaient défendre les salariés et dénoncer les patrons exploiteurs. Aujourd'hui un patron syndicaliste défend les patrons et dénoncent las salariés glandouilleurs. Car en France il y a un grand nombre de partenariat public/privé et 70% de la construction du BTP dépendent de l'État dépendent donc aujourd'hui du PS, et donc les patrons avaient peur de froisser l'hydre socialiste. En rompant ce pacte du silence, M Gattaz a fait progresser la France
Réponse de le 16/09/2014 à 10:31 :
tu confirmes que les entrepreneurs ont privilégié la construction/BTP à l'industrie et l'export.
a écrit le 16/09/2014 à 9:58 :
tous est negosiable avec les syndicats et les ouvriers,?LES DERNIERS ACCORD SUR LA RETRAITE DES GENS MALADE ONT ETE REMIES EN CAUSSE?LE PATRONNAT AVEC LA CRISSE VEUT SINPLEMENT REVENIR EN ARRIERE?NOUS AVONS LES PATRONS PLUS ARRIERE D EUROPES ? EN ALLEMAGNE TOUS EST NEGOSIER AVEC LES PARTENAIRES SYNDICAUTS???
Réponse de le 16/09/2014 à 13:20 :
@verité : La vérité, c'est qu'au lieu d'aller à l'école apprendre le français, vous avez passé votre temps au café du commerce pour nous dire des bêtises dans un français pitoyable.
a écrit le 16/09/2014 à 9:56 :
" en étant doublement ou triplement payés " ? Et de 21 heures à minuit " pour les
chômeurs " c'est mieux que rien, non ? " La honte ! Ce "mieux que rien " ne change rien à l'affaire et ce monsieur ne dit - il pas créer un million d ' EMPLOIS si ces exhortations sont suivies ... ? DE toute évidence ça manque de clarté et il devrait nous
expliquer une fois pour toutes ce qu' il veut dire par " emplois " ... Bref tout le monde a compris de quoi il en retourne ... A part ça quoi d' autre ?
a écrit le 16/09/2014 à 9:44 :
On commence par payer ceux qui travaillent la nuit et la dimanche trois fois plus et si dans deux ans ça marche bien on étends le système aux volontaires des autres entreprises.
a écrit le 16/09/2014 à 9:43 :
Il a mille fois raison. Si la France ne se remet pas au travail, elle perdra tout. La démagogie et l'assistanat, c'est terminé.
Réponse de le 16/09/2014 à 9:57 :
@Polo
Où est le travail pour remettre la France au travail? Ailleurs, parce que le coût du travail est moins cher. Et il n'est même pas sûr qu'avec un coût du travail divisé par 2 la France puisse relocaliser des productions. Alors on peut toujours essayer de faire travailler les gens gratuitement, ça s'appelle l'esclavage et un temps ce fut le STO. Le Medef regrette certainement ces époques. Esclavagiste et collaborationniste, du moment qu'il y a du pognon à faire...
Réponse de le 16/09/2014 à 11:03 :
Polo vous dites " Si la France ne se remet pas au travail, elle perdra tout" mais c'est déjà fait, les carnets de commande sont vides, Renault délocalise au Maroc car la Roumanie devient trop cher. Polo vous avez un siècle de retard.
Réponse de le 16/09/2014 à 13:11 :
CHer JB38, vous confondez COut du Travail et Salaire. Vous avez effectivement des pays ou le cout du travail est plus faible qu'en france, et pourtant les salaires y sont plus elevés ( et les gens sont motivés ). Mais c'est notre choix. Faire que le travail supporte la totalité des contraintes lié a notre modèle francais.
a écrit le 16/09/2014 à 9:38 :
Rien de bien constructif en somme, M GATTAZ. En même temps, il y a en face de vous un gouvernement affaibli qui ne fait pas de réformes. Et l'opposition, qui ne pense qu'au retour de Sarko et aux élections présidentielles de 2017. Qt aux syndicats, ils ne sont pas plus constructifs. Bref, nos "élites" sont médiocres! C'est déprimant. Le seul point qui pourrait être discuter, ce serait négocier le temps de travail par branches ou convention collectives.
a écrit le 16/09/2014 à 9:12 :
Je suggérerai à monsieur Gattaz la réouverture des mines de charbon et d'y autoriser le travail des enfants dès 8 ans. Si on écoute ce monsieur (petit monsieur), nous allons faire un grand bond...en arrière...au XIX éme siècle. Ce monsieur (petit monsieur) est un "indigne".
Réponse de le 16/09/2014 à 9:54 :
en caricaturant comme vous le faites , on interdit tout débat et toute évolution.
le plus amusant dans votre post , c'est que si le système français fait faillite ( et il va faire faillite ) , on risque bien de se retrouver dans la misère la plus noire et faire un grand bond en arrière.
pour les mines de charbon, ce n'est plus la peine, elles ne sont définitivement plus exploitables , même en faisant travailler des gosses.
Réponse de le 16/09/2014 à 10:05 :
Surtout pas ! Il va vous prendre au mot ...
Réponse de le 16/09/2014 à 10:06 :
Non, il propose un saut en avant : à l'image de la Chine ou de l'Inde, les modèles sociaux du moment. Laisser la durée du travail à l'initiative de l'entreprise (10, 12 h par jour), ainsi que les éventuels congés, ramener l'age de travail à 10 ans, (pas à 8 , voyons ...) et raconter des salades pour motiver les esclaves : doublement ou triplement du salaire en heures supplémentaires ...ça c'est un façon de faire redémarrer l'économie !!
a écrit le 16/09/2014 à 8:58 :
c'est une personne à laquelle on ne peut faire confiance, il joue sur plusieurs tableaux,
Réponse de le 16/09/2014 à 20:27 :
Comme ce gouvernement ...Alors ...
a écrit le 16/09/2014 à 8:31 :
J espere que M gattaz gere mieux sa societe que ces propositions le sugerent. Payer triple quelqu un pour travaller de 21 h a minuit est probablement pas du tout rentable, meme si la personne est tres mal payee. D ailleurs qui va faire ses courses a minuit ? car c est de ca dont on parle, dans l industrie on a deja les 3*8 (et c ests pas paye triple, les confreres de gattaz vont etre heureux d apprendre qu il va falloir augmenter massivement leur personnel)
a écrit le 16/09/2014 à 8:24 :
tout le monde travaillerait de 9 h à minuit payé trois fois plus...... pas certain par contre que économiquement, ça vaille le coup de le faire..... gattaz est très fort sur les promesses.... moins sur la réalité des choses.....

qu'il faille simplifier et fluidifier le travail est une chose... mais ça nécessite une refonte complète de la manière de travailler des entreprises..... et ça, .... j'ai de gros doutes.... ça nécessite aussi de mettre fortement à contribution les fonds de formation ...... pour mes fgens sans travail....ça, pour le moment, c'est un rêve.... ça necessite aussi de passer de modèle de management qui date du moyen age à un modèle du 21 eme siècle... intelligence collective et entreprises collaboratives....

quand les salariés ont un horizons, il ne rechignent pas à travailler.....
a écrit le 16/09/2014 à 8:24 :
J'aime bien M. Gattaz! Et quelle phrase! "double peur en France: celle du salarié de se faire licencier, et celle du patron d'embaucher!" Il a raison! une seule peur suffit! celle du salarié, c'est bien assez! Seul bémol, cher Monsieur: vous avez la mémoire courte, comme bien des Francais! Les accords de branches, ça existait avant les 35heures. On appelait ça des conventions collectives, qui ont toutes disparues à la demande des patrons. Et vous voudriez maintenant rétablir des les heures du soir ou du dimanche mieux payées? C'est une plaisanterie sans doute?
Réponse de le 16/09/2014 à 10:59 :
c'est que vous n'avez qu'a creer des entreprises vous memes, avec votre temps et votre argent
Réponse de le 16/09/2014 à 14:13 :
pour être" assassiné? " pour être dilapidé tout en travaillant comme un malheureux??NON! mais vous êtes sérieux??! la faillite au bout, en France.
a écrit le 16/09/2014 à 8:13 :
On a tout essayé sauf la bonne solution qui consiste à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, autrement dit, financer les retraites par une taxe sur l'énergie. Essayons!
Réponse de le 16/09/2014 à 9:23 :
@Gépé
"financer les retraites par une taxe sur l'énergie." Ca pourrait être une solution pour favoriser les économies d'énergie, donc de créer des emplois. Plutôt que de payer une taxe, nombreux seront ceux qui préféreront investir pour économiser l'énergie.
Dans l'habitat individuel, il est possible d'être totalement autonome. Ce ne peut pas être le cas dans le collectif, et ce seront les moins aisés qui paieront la facture. Donc une taxe sur l'énergie n'est pas une si bonne idée que ça.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:51 :
Attention, il s'agit de réduire le cout du travail; c'est cela l'objectif, le prix de l'énergie est seulement la contrepartie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :