Le point sur...les small caps

 |  | 709 mots
Comment considérez-vous les dernières introductions en bourse de petites capitalisations comme Au féminin.com, Keyrus Progiware, AB Groupe, Info Vista, Optima Direct ou Riber ? Certaines comme AB Groupe ou Bac Majestic ont été un échec, d'autres comme Riber, Info Vista et même Au féminin.com dans une moindre mesure ont suscité l'intérêt des investisseurs. Comment expliquez vous cette différence ?Il faut revenir au début de cette année pour comprendre le contexte actuel. Sur les trois premiers mois de l'année, nous avons assisté à un emballement exagéré sur les marchés pour des sociétés aux dossiers prématurés et dont les introductions en bourse correspondaient à du capital risque pur.Certaines valeurs du Nouveau Marché comme l'éditeur de logiciels de jeux Cryo Interactive ou IT Link, fournisseur de systèmes électroniques et informatiques embarqués sont tout à fait représentatives de ces sociétés présentant des " business plan " peu convaincants mais qui ont bénéficié de cet emballement des marchés. Elles ont été par la suite victime du retour de bâton de la mi-mars lorsque les investisseurs se sont tournés vers des valeurs plus liquides et qui présentaient une bien meilleure visibilité. Dassault Systèmes est une valeur qui a tout à fait bénéficié de ce retournement de situation par exemple.Finalement aujourd'hui nous assistons à une sélectivité plus importante sur le marché des small caps, sélectivité dont liquidités et visibilité sont les mots d'ordres. Les marchés sont désormais rassérénés et les investisseurs regardent à nouveaux les petites sociétés promises à une forte croissance mais ils sont devenus plus sélectifs et plus exigeants au niveau du " business plan " et du management de ce type de sociétés.Compte tenu de ce contexte, quel est désormais le profil du fonds CPR Mid Cap Europe que vous gérez pour Cardif ? A quels arbitrages procédez vous au sein de ce fonds ?Nous avons intégré cette nouvelle sélectivité pour la gestion du fonds. Les capitalisations moyennes ont pris de plus en plus importance à l'intérieur du fonds alors que les petites comme Cryo, par exemple, se sont marginalisées. Ainsi aujourd'hui, les vingt-cinq plus grosses valeurs du fonds représentent 55% du portefeuille.Le profil du fonds correspond aux deux tendances actuelles. Des valeurs connues, établies, aux liquidités importantes et surtout performantes en termes d'activité constituent le cœur du portefeuille. C'est le cas de sociétés comme Vestas, société danoise leader sur le marché des éoliennes et dont la valeur a été multipliée par 10 en quinze mois. Un autre exemple : la société française de consulting Solving dont le cours de bourse est passé de 30 à 76 euros entre le 1er janvier et aujourd'hui.A côté de ces valeurs qui ont fait leur preuve, nous cherchons à constituer une sorte de panier de réserve de petites valeurs situées le plus souvent sur des niches technologiques.Finalement, la stratégie que nous menons consiste tout d'abord à déterminer des valeurs de croissance car CPR Mid Cap Europe est investi sur ce type de valeur. Ensuite, il est nécessaire de s'assurer de la bonne qualité du management de ces sociétés et, lorsque cela est possible, de se renseigner sur leurs fournisseurs et de leurs clients.CPR Mid Cap Europe est composé à 30% de valeurs allemandes, à 20% de valeurs britanniques et à 10% de valeurs françaises. Pourquoi l'Allemagne détient-elle la première place ?L'Allemagne présente un grand dynamisme au niveau du nouveau marché, les market caps représentant 75 à 80% des liquidités. Il y a également plus de valeurs cotées sur le nouveau marché allemand que sur celui de la bourse de Paris.Quelle est la performance de CPR Mid Cap Europe ?Ce fonds représente actuellement 300 millions d'euros. En 1999, il a atteint une performance absolue de 90% par rapport à l'indice de référence HSBC Small Caps Europe de 45%. Vendredi, cette performance était de 24% par rapport à un indice de référence HSBC flat. Toutefois, ce chiffre était de 70% pour les trois premiers mois de l'année, avant la correction sur les valeurs technologiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :