Nissan entend bien enchaîner les records

 |  | 428 mots
"Nous avons transformé une compagnie en difficultés en une bonne entreprise". Carlos Ghosn peut se permettre ce résumé flatteur pour lui et son équipe. Le directeur général de Nissan et futur patron de la maison mère Renault a en effet non seulement présenté des résultats records pour l'exercice 2001-2002, mais il a annoncé avoir pris de l'avance sur le programme de désendettement du groupe nippon et a relevé ses prévisions financières pour l'année fiscale entamée le 1er avril. Les résultats d'abord : en 2001-2002, Nissan a engrangé un bénéfice net record de 372 milliards de yens (3,42 milliards d'euros), en hausse de 12,4% sur un an. La hausse du bénéfice d'exploitation atteint 68%, à 490 milliards de yens, alors que les analystes les plus optimistes n'attendaient pas plus de 463 milliards. Quant au chiffre d'affaires, il a progressé de 1,8% à 6.200 milliards de yens. Pour 2002-2003, Carlos Ghosn prévoit désormais un bénéfice d'exploitation de 553 milliards de yens - en hausse de 13% - et un résultat net de 380 milliards (+2%), et table sur une progression de 7,5% des ventes, à 2,8 millions de véhicules. Le nouveau plan triennal du groupe, baptisé "Nissan 180" se veut donc au moins aussi ambitieux que le plan de "Renaissance" lancé en 1999, dont l'exécution a pris plus d'un an d'avance, notamment en matière de désendettement. Au 31 mars, selon les chiffres non audités, la dette de l'activité automobile a ainsi été ramenée à 435 milliards de yens, contre 953 milliards un an plus tôt, alors que le plan de renaissance prévoyait de la réduire à... 700 milliards dans un an seulement. "Le ratio de la dette par rapport aux fonds propres a été ramené de plus de 2 au moment de la signature de l'alliance avec Renault [en mars 1999], à 0,3", a souligné Thierry Moulonguet, le directeur financier du groupe japonais. La performance a d'ores et déjà été saluée par Standard & Poor's, qui a relevé sa note sur la dette à long terme de Nissan de BB+ à BBB, avec une perspective d'évolution positive. Carlos Ghosn a par ailleurs annoncé que Nissan compte augmenter sa participation dans Renault de 1,5 point de pourcentage, à 15%. Un accord en ce sens devrait être conclu entre Renault et Nissan dans les prochaines semaines, a-t-il précisé.Ces bonnes nouvelles profitent naturellement à Renault, qui possède 44,4% de Nissan. A Paris, l'action du groupe français a progressé jeudi de 2,44% à 54,65 euros, affichant ainsi la deuxième plus forte hausse du CAC 40 et portant ses gains depuis le début de l'année à 38%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :