British Airways réduit sensiblement la voilure

Dans les tuyaux depuis plusieurs semaines et ayant donné lieu à de nombreuses spéculations, la "nouvelle" British Airways (BA) a été présentée ce matin par Rod Eddington, directeur général de la compagnie aérienne britannique. Et c'est un véritable régime minceur qui va être appliqué dans les mois et les années à venir, si l'on en croit les grandes lignes de la revue stratégique, baptisée "projet sur la taille et la forme dans le futur", menée par les dirigeants du groupe depuis les attentats du 11 septembre. Objectif déclaré: permettre à British Airways, qui devrait terminer l'exercice dans le rouge, de renouer avec la rentabilité. Au troisième trimestre de son exercice 2001-2002, la compagnie affichait une perte opérationnelle de 187 millions de livres sterling.Selon le programme dévoilé aujourd'hui, BA va supprimer 5.800 emplois au cours des deux prochaines années, des réductions d'effectifs qui s'ajouteront aux 7.200 annoncées aussitôt après les attaques terroristes contre les Etats-Unis. Au mois d'août dernier, BA comptait 56.700 salariés, d'ici deux ans elle n'en aura plus que 43.700, soit 23% de moins.D'après British Airways, ces réductions d'effectifs devraient permettre des économies de 450 millions de livres (736 millions d'euros) dès la fin de l'exercice 2002-2003, réductions de coûts qui monteront à 650 millions de livres sterling, soit 1,08 milliard d'euros, par an à compter de mars 2004. La nouvelle stratégie de British Airways qui vise à se transformer "en une compagnie plus simple, plus légère et plus concentrée, pour pouvoir nous épanouir et prospérer dans un environnement de plus en plus concurrentiel", selon les propos de Rod Eddington, passe également par l'abandon de 10 liaisons régulières, dont cinq long-courriers et cinq moyen-courriers. Le détail des destinations abandonnées sera publié ultérieurement, précise BA. La compagnie indique qu'entre l'été 1999 et l'été 2003, elle aura réduit ses capacités de 21%. L'aéroport de Gatwick fait les frais de cette concentration avec une réduction, sur cette même période, de 60% des capacités de vols de BA au départ de cette zone aéroportuaire (via des suppressions de lignes ou des transferts vers Heathrow).Enfin, consciente du danger représenté par les compagnies à bas prix du type EasyJet ou Ryanair, British Airways lance une offensive tarifaire sur les vols court-courriers. La nouvelle grille de prix sera connue en juin prochain. Cette guerre des prix ne fera pas les affaires des agents de voyages, qui verront leurs commissions réduites alors que BA commercialisera sur Internet des vols d'affaires et de tourisme à tarifs réduits. A la Bourse de Londres, les investisseurs ne semblent pas convaincus par le projet présenté aujourd'hui par la direction de BA. Le titre perd 3,44%, effaçant ainsi complètement les gains enregistrés hier. Depuis le début de l'année, il perd 1,87% à 196,75 pence. latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.