Nouveau "profit warning" pour Verizon

 |  | 383 mots
Lecture 2 min.
Rien ne va plus chez les opérateurs télécoms américains, qu'ils soient spécialisés dans la téléphonie longue distance ou plutôt tournés vers les communications locales, comme Verizon. Ce dernier a lancé mercredi un "profit warning" sur ses résultats annuels, le deuxième en à peine trois mois. A l'instar de ses concurrents, l'opérateur souffre de la concurrence acharnée pesant sur les prix et du ralentissement de la demande. Les opérateurs de téléphonie fixe se heurtent en effet au transfert des communications vers les réseaux mobiles ou les messageries électroniques.Sur l'ensemble de l'exercice, Verizon attend désormais un chiffre d'affaires au mieux stable, au pire en baisse de 1%. En avril, il tablait sur une croissance d'au moins 1%. Avant cette date, l'activité annuelle était censée croître dans une fourchette de 3 à 5%. Désormais, Verizon prévoit des bénéfices compris entre 3,05 et 3,09 dollars par action, contre 3,12 à 3,17 dollars en avril dernier. Les analystes attendent un résultat moyen de 3,08 dollars par titre.En conséquence, les dépenses d'investissement ont à nouveau été revues à la baisse. Elle s'établiront dans une fourchette de 13 à 13,5 milliards de dollars, soit plus d'un milliard de dollars de moins que la précédente estimation.Au deuxième trimestre, le bénéfice ressort à 77 cents par titre, en ligne avec les attentes des analystes. Le chiffre d'affaires a baissé de 0,4% à 16,8 milliards de dollars. Le coeur d'activité du groupe, la téléphonie locale, est en repli de 4,4%. La base d'abonnés longue distance s'est enrichie de 800.000 nouveaux clients pour totaliser fin juin 9 millions de d'abonnés. Quant à l'offre ADSL, elle a convaincu 150.000 personnes de plus que l'an dernier. Verizon détenait fin juin 1,5 million d'abonnés.Verizon se rattrape sur Verizon Wireless, sa filiale de téléphonie mobile, dont Vodafone détient 45%. L'opérateur a publié avant-hier son nombre d'abonnés. Il a largement dépassé ses objectifs et ceux des analystes, en gagnant 723.000 nouveaux abonnés en un trimestre, soit un total de 30,3 millions de clients fin juin. Wall Street attendait à peine 300.000 nouveaux utilisateurs du service mobile.Le groupe aurait-il rassuré les investisseurs en se montrant transparent ? Toujours est-il que le titre bondit de 7,05% à 33,20 dollars en milieu de matinée à New York.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :