Pinault-Printemps-Redoute affaibli par des rumeurs

PPR est chahuté en Bourse depuis le mercredi 3 juillet, journée noire dominée par les craintes sur les comptes des grandes entreprises. Un phénomène désigné depuis sous le terme de "Vivendite". Au cours de cette séance, l'action PPR avait perdu 11,72%. Le groupe avait peu après annoncé son intention de porter plainte pour manipulation de cours et diffusion de fausses nouvelles.Depuis une semaine, l'action a perdu près de 9,5% et les rumeurs vont bon train sur les comptes, et notamment sur la capacité du groupe à financer la totalité de l'achat du capital de Gucci en mars 2004."Je ne vois pas Serge Weinberg, le PDG de PPR, procéder à des tours de passe-passe comptables", estimait pourtant un analyste auprès de Reuters. Une manière de dire que la Vivendite qui affecte le groupe de distribution est largement irrationnelle et injustifiée.Ce mercredi, l'éventualité d'un abaissement de la note du crédit de PPR par l'agence Moody's, décidément très suspicieuse à l'égard des sociétés françaises en ce moment, pèse sur le titre, qui touche ses plus bas en séance depuis le 11 septembre, à 90,60 euros.L'agence Standard and Poor's a annoncé par contre qu'elle maintenait inchangée sa notation sur la dette et les perspectives du groupe. S&P explique que "la liquidité du groupe est gérable" car "le groupe devrait poursuivre le renouvellement de ses lignes de crédits bancaires arrivant à échéance, comme il l'a fait depuis le début de l'année et dispose de suffisamment de crédits bancaires pour couvrir son émission d'obligations de 500 millions d'euros qui arrive à échéance au second semestre 2002". En clôture, le titre PPR chute de plus de 7% à 92,70 euros.
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.