Beaucoup d'agitation pour une petite baisse

Encore une séance extrêmement volatile à la Bourse de Paris. Le CAC 40 est passé par toutes les couleurs, a gagné jusqu'à 3 %, a chuté de 1,8 %, pour terminer finalement sur une petite perte de 0,59 % à 3.067 points. Les investisseurs étaient partagés : prendre une partie des bénéfices accumulés hier ou poursuivre les achats à bon compte ? A New York, la tendance est plus tranchée. A l'heure où Paris fermait ses portes, le Dow Jones perdait 1,97 % et le Nasdaq 3,44 %.EADS s'est envolé en fin de séance. L'action du groupe européen d'aéronautique termine en hausse de 8,26 % à 11,66 euros. Elle bénéficie d'arbitrages favorables après les résultats trimestriels jugés décevants de son grand rival Boeing et la révision en baisse de ses prévisions de livraisons d'avions pour 2003. L'Américain ne table plus que sur 275 à 285 unités vendus contre 275 à 300 auparavant. En début de semaine, EADS avait confirmé son objectif de livrer 300 appareils l'an prochain.En forte hausse dans la journée (+15 %), l'action Vivendi Universal a fortement ralenti en fin de séance pour ne gagner que 0,97 % à 13,55 euros. L'opérateur britannique de téléphonie mobile Vodafone s'est entendu avec BT (ex-British Telecom) et l'américain SBC pour racheter leurs participations respectives de 26% et 15% dans Cegetel, la filiale de télécommunications de Vivendi Universal qui contrôle SFR. Le montant de la transaction s'élèverait à 6,3 milliards. Vodafone ajoute qu'il a fait une offre de 6,77 milliards sur les 44% que détient VU dans Cegetel. L'ensemble des offres du Britannique valorise donc Cegetel à 15,4 milliards. Mais la partie n'est pas encore jouée. La direction de VU n'a pas fait de commentaire. Et surtout, le groupe de médias dispose d'un droit de préemption sur les participations de BT et SBC jusqu'au 10 novembre. Ce qui lui laisse un peu de temps pour trouver les moyens nécessaires pour contrer l'offre de Vodafone.A l'opposé du CAC 40, STMicroelectronics chute de 6,06 % à 15,66 euros. Le groupe de semi-conducteurs franco-italien a démenti un article du Financial Times évoquant le rachat du pôle micro-processeurs de Motorola. Citant des responsables français et italiens, le quotidien des affaires indiquait que les deux groupes discutaient d'un accord qui créerait un ensemble réalisant un chiffre d'affaires annuel d'au moins 11,1 milliards d'euros. La valeur est également affectée par les résultats trimestriels d'Intel, jugés décevants.La majorité des grandes TMT est en panne. Cap Gemini perd 3,23 % à 18 euros, Alcatel consolide de 1,43 % à 3,44 euros. En revanche, France Télécom monte de 1,49 % à 10,2 euros et sur le SRD, Altran bondit de 27,6 % à 3,93 euros.Alors qu'elle s'essoufflait depuis quelques semaines, la spéculation pourrait remonter d'un cran sur le Crédit Lyonnais. Aujourd'hui, le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI) a examiné la demande de l'assureur allemand Allianz de franchir à la hausse le seuil de 10 % du capital de la banque française. Allianz détient déjà 9,9 % du Crédit Lyonnais. Cette demande aurait été formulée il y a trois mois, a-t-on précisé à l'AFP. L'action en profite tout de même et gagne 3,42 % à 34,44 euros.Vivendi Environnement gagne 1,65 % à 23,35 euros. Le groupe de services collectifs a vendu sa participation de 31,4% dans South Staffordshire à la société de Bourse Colins Stewart. La cession a été réalisée au prix de 430 pence par action, soit un montant total de 84,7 millions de livres, environ 134 millions d'euros.Nexans monte de 2,46 % à 9,99 euros. Le chiffre d'affaires au troisième trimestre de la filiale câbles d'Alcatel a baissé de 8 % à 1,039 milliard d'euros. Sur neuf mois, l'activité a diminué de 11,1% à 3,27 milliards d'euros.Areva grimpe de 1,08 % à 140 euros. Au cours d'une conférence de presse, Anne Lauvergeon, la présidente d'Areva, vient d'annoncer que le groupe travaille à l'élargissement de son flottant. Actuellement, les certificats d'investissements cotés représentent 4 % du capital. Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) en détient 78,96 %. Sa participation pourrait donc être abaissée mais ne descendra pas en dessous de 51 %. Ce matin, Areva a publié ses résultats semestriels (baisse de 50 % du bénéfice net). En ce qui concerne l'avenir de FCI, le pôle connectique du groupe de nucléaire, Anne Lauvergeon a répété qu'il ne sera pas tranché avant la fin 2003. D'ici là, priorité sera donnée au redressement de sa rentabilité.Enfin, au Second marché, Bonduelle s'apprécie de 3,7 % à 70 euros après l'annonce d'une progression de 81%, à 45,2 millions d'euros, de son bénéfice net de l'exercice 2001-2002. Le groupe précise cependant qu'en dehors des éléments exceptionnels, le résultat net ressort à 34 millions d'euros.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.