Thales victime de ses charges de retraite

 |  | 492 mots
Lecture 2 min.
Semestre difficile pour Thales. La firme française a annoncé lundi matin un bénéfice net de 37 millions d'euros, en baisse de 58% sur un an pour le premier semestre de son exercice 2003. Un chiffre bien inférieur aux attentes du marché, puisque le consensus des analystes réalisé par Reuters prévoyait un résultat net à 53 millions d'euros.Le groupe affiche pourtant une bonne résistance de son résultat d'exploitation. Ce dernier n'a reculé que de 1% en euros à 295 millions d'euros, ce qui représente même une hausse de 1% hors effets de change et changements de périmètre. Du coup, comme le chiffre d'affaires a reculé de 8,5% dans le même temps, la marge d'exploitation du groupe progresse significativement de 0,5 point à 6,5%.Les difficultés de la branche technologies de l'information et services, dont le résultat d'exploitation est nul (contre un bénéfice de 11 millions d'euros un an plus tôt) est compensé par une relative résistance de la branche défense et par la bonne tenue de la branche aéronautique. Ainsi, malgré des prises de commandes moins importantes, le secteur de la défense maintient un résultat d'exploitation à 232 millions d'euros, soit 1% de moins qu'il y a un an. Mais la marge d'exploitation de cette branche progresse de 0,3 point à 8,4%. Quant à la branche aéronautique, sa marge d'exploitation progresse de 3,1 points à 9,4% et son bénéfice d'exploitation grimpe de 41% à 72 millions d'euros. Un bon résultat en partie dû, selon le communiqué du groupe, aux "indemnités perçues par Thales Avionics". La branche bénéfice également de la bonne tenue des produits militaires, qui compense la baisse de l'activité dans l'aéronautique commerciale. Pourquoi alors le bénéfice net s'est-il ainsi effondré ? Deux raisons principales l'expliquent. D'abord, les frais de restructuration ont été plus que doublés et passent à 75 millions d'euros sur le semestre, contre 32 millions l'an passé. Ensuite, le groupe a intégré dans ses comptes le déficit du fonds de pension de ses salariés britanniques, ce qui ajoute une charge supplémentaire de 43 millions d'euros. Du coup, ce n'est pas moins de 118 millions d'euros qui manquent dans la dernière ligne du compte de résultat. "Notre résultat net est significativement affecté par ce qui est une nouveauté pour les entreprises européennes: la composante financière des charges de retraites", a ainsi confirmé le directeur financier de Thales, Ross McIness. Les nouvelles normes comptables obligent en effet les entreprises à comptabiliser ces frais. Concernant le reste de l'année en cours, le groupe se contente de confirmer ses objectifs de croissance des ventes et du résultat d'exploitation. Il affirme en effet s'attendre à une amélioration dans le secteur de la défense. Reste qu'il prévient que "ces améliorations devraient être limitées" si l'environnement défavorable persiste dans ses activités civiles.Après avoir alterné entre hausses et baisses, l'action termine en repli de 2,8%, à 24,96 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :