Premiers pas en Bourse pour la filiale crédits immobiliers de HVB

 |  | 503 mots
Lecture 2 min.
Le grand ménage se poursuit dans le secteur bancaire allemand et il continue à être douloureux. Lundi matin, la filiale spécialisée en crédit immobilier de HVB, HVB Real Estate (HRE), a fait ses débuts en Bourse. Le prix de l'action a été fixé dans la fourchette basse des attentes du marché, à 11 euros. Les actionnaires de HVB avaient reçu une action HRE pour quatre actions HVB détenues. A l'ouverture, le titre HRE était coté 11,25 euros, ce qui représentait une capitalisation de 1,5 milliard d'euros.D'emblée, les marchés ont pris en compte la nouvelle structure de HVB après ce spin-off. Le titre de la banque allemande reculait en fin d'après-midi de 13,29% à 14,23 euros. Un rattrapage normal, mais plutôt modéré si l'on considère que HRE représentait le cinquième de la capitalisation de la banque allemande. Lundi matin, les capitalisations cumulées des deux entités étaient supérieures à celle de HVB à la clôture de vendredi. Toujours est-il que HVB n'est plus la deuxième banque allemande en termes de capitalisation, elle est désormais devancée par la Commerzbank.Cette cession était surtout pour HVB l'occasion de se débarrasser de 57 milliards d'euros de créances douteuses. Après la mise sur le marché de 25% de Bank Austria et la cession de Norisbank (filiale de crédits à la consommation), la banque bavaroise a bien avancé dans son projet de réduire de 100 milliards d'euros ses créances douteuses sur l'année 2003. Reste évidemment que, maintenant, que HVB devient une proie probable, comme le note un analyste de WestLB cité par Reuters. Avec un bilan assaini et une capitalisation réduite, nul doute que certains prédateurs seront alléchés par HVB. La spéculation, qui était déjà intense autour de la banque ces dernières semaines, notamment après les déclarations du Crédit Suisse (lire ci-contre), devraient donc encore s'intensifier.Quant à HRE, malgré des débuts positifs (à 17h30, le titre gagnait 4,5% à 11,75 euros), ses perspectives sont plutôt moroses. Il est vrai que le marché immobilier allemand, à l'inverse du reste de l'Europe, se porte plutôt mal. Or, HRE est particulièrement exposé à son marché domestique, sur lequel il réalise les deux tiers de son chiffre d'affaires. "Ce n'est pas une affaire attirante et ils n'ont pas une bonne rentabilité", juge ainsi Marijn Smit, analyste chez ABN Amro interrogé par Bloomberg. Ce dernier conseille plutôt l'achat des titres du concurrent de HRE, Aareal, moins exposé à l'Allemagne. Pour autant, toujours selon ABN Amro, la cession hors marché vendredi des 25,7% détenus par Munich Re dans HRE à des institutionnels allemands pourrait soutenir le titre. "C'est une pression sur le titre qui a été éliminée", précise ainsi Martijn Smit. Reste que le réassureur munichois est peut-être la première victime de la mise en Bourse de HRE. Suite à cette vente, il a annoncé le passage d'une provision pour dépréciation d'actifs de 100 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :