Redressement de British Airways au dernier trimestre 2002

 |   |  503  mots
Alors que la plupart des compagnies aériennes mondiales peinent à se remettre de l'effet des attentats du 11 septembre 2001, British Airways commence à remonter la pente.La compagnie aérienne britannique a annoncé lundi avoir dégagé un bénéfice avant impôt de 25 millions de livres (37,8 millions d'euros) pour son 3ème trimestre 2002/03, achevé le 31 décembre. Par comparaison, la compagnie avait affiché une perte de 160 millions de livres au cours de la même période de l'exercice précédent. Ces chiffres sont nettement meilleurs que ce qu'attendaient les analystes, qui tablaient sur une perte avant impôts comprise entre 40 et 50 millions de livres. Quant au chiffre d'affaires, il s'est établi sur la période sous revue à 1,857 millard de livres, soit une progression de 1% par rapport au 3ème trimestre de l'exercice 2001/02. Ces résultats satisfaisants s'expliquent par la mise en place, par le groupe, d'un programme visant à économiser 450 millions de livres d'ici fin mars 2003, et 650 millions d'ici 2004. Un programme qui commence déjà à porter ses fruits et génère des économies plus importantes que prévu. En effet, la dette de la compagnie s'établissait à 5,2 milliards de livres au 31 décembre, en baisse de 1,4 milliard comparé à son plus haut pic de 2001."Au cours des 12 derniers mois, l'ensemble de nos coûts a diminué de 1milliard de livres par rapport à l'année précédente (...). Notre politique de contrôle des coûts et de réorganisation va continuer à faire de nous une compagnie plus en forme, plus efficace et plus compétitive", résume Rod Eddington, directeur général. Depuis août 2001, British Airways a notamment réduit ses effectifs de plus de 9.000 personnes. La compagnie prévoit de porter ce chiffre à 10.000 emplois supprimés au total, d'ici mars 2004.En outre, la première compagnie aérienne européenne, heurtée de plein fouet par la crise sur son secteur nord-américain, s'est adaptée en restructurant son offre sur l'Europe. Elle y offre de nouveaux tarifs bon marché sur 180 lignes, qui sont parmi les plus compétitifs en Europe. Indice de la popularité croissante de British Airways, la montée en flèche des réservations sur Internet. "Au Royaume-Uni, 37 % des réservations de ces nouveaux tarifs se fait via Internet, ce qui continue à dépasser tous nos objectifs", précise le directeur général.Le groupe prévoit toutefois, dans un communiqué, un climat pour 2003 "plus difficile qu'en 2002". "En l'absence d'un conflit au Proche-Orient, nous nous attendons à dégager un bénéfice annuel à la fin de notre année financière", observe Lord Colin Marshall, PDG de la compagnie, dans un communiqué. "Faire des prévisions pour notre chiffre d'affaires est difficile compte tenus des risques de guerre, de l'incertitude économique et de la forte compétition dans le secteur. Mais à ce stade de l'année, nous n'anticipons pas de croissance de nos revenus sur les douze prochains mois", poursuit-il. Au vu de ces nouvelles mitigées, l'action se replie à Londres, perdant 3,66% à 112 pence à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :