La convalescence du marché automobile européen se poursuit

 |   |  399  mots
Le rebond du marché automobile européen amorcé en février paraît se confirmer. En mars, les immatriculations de voitures neuves en Europe occidentale ont augmenté de 6,9% sur un an à 1.706.641 unités, selon les données publiées jeudi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Cette hausse traduit dans un premier temps un effet de calendrier favorable puisque 14 des 18 pays étudiés ont bénéficié de jours ouvrables supplémentaires (entre 2 et 3 trois suivant les marchés). Néanmoins, sur le premier trimestre 2004, la tendance est à la hausse avec des ventes de voitures neuves qui ont augmenté de 2,9%.L'examen des données nationales montre une augmentation dans la plupart des pays. Sur les cinq principaux marchés, l'Espagne (+28,1%) et le Royaume Uni (6,6%) ont connu en mars les plus fortes hausses. La France (+5,7%) et l'Allemagne (+4,5%%) ont également affiché un bilan positif. A noter qu'en mars, le premier marché automobile européen n'est pas comme d'habitude l'Allemagne, mais bien le Royaume-Uni avec 466.955 voitures vendues. Dans ce paysage, l'Italie fait figure d'exception avec une baisse de 8% mais celle-ci traduit un effet de base défavorable puisqu'en mars 2003 le marché italien avait été dopé par des mesures d'incitation à l'achat prises par le gouvernement Berlusconi. Dans ce marché globalement bien orienté, les constructeurs français ont, comme souvent, connu des trajectoires distinctes. Les ventes de PSA se sont repliées en mars de 2,1%, en raison notamment d'un recul de 3% de Peugeot alors que Citroën affichait une baisse moindre (-0,6%). La société de Bourse Aurel Leven souligne que le groupe français souffre de "l'arrêt de la 406" tandis que "Citroën est pénalisé par un effet base défavorable (+17% en mars 2003)". La commercialisation de la 407, remplaçante de la 406, commence tout juste. Pour ce qui est de Renault, les chiffres sont meilleurs, même si la firme au losange fait moins bien que le marché. Les ventes de Renault ont progressé de 4% en mars. Au total, les deux groupes français enregistrent une érosion de leurs parts de marché tombées en mars à 14% pour PSA (-1,3 point) et à 9,6% pour Renault (-0,3 point).A l'inverse, ce rebond du marché européen semble avoir profité au numéro un européen, à savoir Volkswagen (+11,6% en mars). Toutes les marques du constructeur allemand ont bénéficié de ce mouvement et sa part de marché a progressé de 0,8 point à 16,9% en mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :