Kodak veut devenir leader de l'impression digitale de photos

 |  | 458 mots
Lecture 2 min.
Kodak tente de réagir. La société américaine, qui a raté le tournant de la photographie numérique, a annoncé lundi le rachat complet de deux sociétés d'impression digitale au groupe allemand Heidelberger Druckmaschine (HD). Kodak devrait ainsi prendre le contrôle total de Heidelberger Digital Activities, une société spécialisée dans le noir et blanc, dont le groupe américain détenait 50% jusqu'ici. Kodak devrait également reprendre à 100% le pôle couleur de la division impression de HD, Nexpress Solutions. L'accord est accompagné d'une clause interdisant tout investissement dans le secteur de la part de HD pendant deux ans. Le montant de la transaction dépendra des résultats réalisés par les deux sociétés durant les deux prochains exercices. Heidelberger Druckmaschine précise que ce montant sera, si les objectifs sont atteints, de 150 millions de dollars. Kodak ne déboursera pas un cent lors de l'acquisition des deux sociétés. Si l'on en croit son directeur général Daniel Carp, ces acquisitions s'inscrivent dans le projet de la société américaine consistant à "développer son portefeuille produits et sa position dans le domaine de l'impression digitale". Il ajoute que, désormais, Kodak se donne les moyens de "devenir rapidement un leader dans le domaine de l'impression digitale commerciale". Reste que cette ambition aura un coût: Kodak a dû revoir à la baisse ses prévisions de résultat opérationnel par action pour 2004. Il faut dire que les deux sociétés rachetées emploient 2.000 personnes. Kodak ne prévoit donc plus que 2,05 à 2,35 dollars de résultat par action, contre une fourchette de 2,25-2,55 dollars précédemment. En revanche, ses ventes devraient progresser en 2004 de 175 millions de dollars. Les investisseurs auront donc le choix: soit considérer que Kodak va réussir sa mutation avec ces achats, soit estimer que le prix à payer est trop fort, notamment en raison des précédents avertissements sur les bénéfices réalisés par le groupe. Du côté de Heidelberger Druckmaschine, ces ventes sont importantes. D'autant que le groupe allemand a annoncé parallèlement la vente de sa division d'impression offset à rouleaux à Goss International. En tout, le groupe se sépare de 4.000 salariés et de 16% de son chiffre d'affaires 2003. La cession à Goss International se fera par échange d'actions, HD devenant actionnaire à 20% de Goss. Ce mouvement est évidemment à mettre en relations avec la volonté de l'actionnaire majoritaire de HD, la "utility" allemande RWE, de se désengager. Pour cela, HD doit devenir une société plus centrée sur quelques domaines très précis. A Francfort, lundi, le titre HD est resté stable. De son côté, à Wall Street, le titre Kodak perdait 3,45%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :