Faux départ pour la naissance d'un géant norvégien du pétrole

 |  | 329 mots
Lecture 2 min.
Un nouveau géant pétrolier a failli voir le jour au nord de l'Europe. Les deux groupes norvégiens Norsk Hydro et Statoil ont annoncé mardi avoir mis fin à des discussions visant à établir une "possible coopération stratégique". Ces "négociations préliminaires" n'auraient été menées que "pendant une brève période", a précisé Norsk Hydro. Ces informations ont été confirmées par Statoil. Si ces négociations avaient été poussées plus avant, la Norvège, troisième exportateur mondial de brut, aurait pu donner naissance à un groupe pétrolier pesant pas moins de 285 milliards de couronnes norvégiennes, soit environ 32,5 milliards d'euros. Cette fusion aurait été d'autant plus bienvenue que les réserves de gaz et de pétrole dans la mer du Nord semblent progressivement se tarir. Avec un géant de poids, l'industrie pétrolière norvégienne aurait donc pu prospecter sur les terres qui disposent encore de potentiel, notamment en ex-URSS.Apparemment, la fusion a échoué en raison de la passe difficile que traversent les deux groupes. Statoil a été au coeur d'un scandale financier l'an dernier. Sa direction aurait en effet payé des pots-de-vin à un cabinet londonien proche de l'Iran pour obtenir des concessions en République islamique. La plupart des dirigeants du groupe public norvégien avaient alors dû démissionner et Statoil reste à la recherche d'un nouveau directeur général. De son côté, Norsk Hydro amorce un tournant stratégique d'envergure en préparant la mise sur le marché de sa filiale d'engrais, Yara. Prévue en mars, cette IPO permettra au groupe de lever des fonds pour se concentrer sur ses activités de pétrole, de gaz et d'aluminium. Une fois ces échéances surmontées, la question de la fusion des deux groupes reviendra peut-être sur le devant de la scène. Selon de nombreux experts, il en va de la pérennité de l'industrie pétrolière nordique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :