Provimi fait bonne figure grâce aux exceptionnels

Provimi a souffert en 2003. Ces difficultés n'apparaissent pas à la lecture du seul résultat net, en hausse de 35% à 24,3 millions d'euros mais elles sont bien réelles comme en témoigne le recul de 5,7% du résultat d'exploitation à 90,5 millions d'euros. Des éléments exceptionnels (cessions d'actifs, sommes perçues en règlement de certains litiges...) ont ainsi permis de masquer l'impact d'une conjoncture défavorable marquée notamment par la grippe aviaire pour ce spécialiste de la nutrition animale.Comme de nombreux autres groupes européens, Provimi a pris de plein fouet l'appréciation de l'euro vis-à-vis des autres monnaies l'an dernier, et notamment par rapport au dollar et au zloty polonais (la Pologne est le premier marché de Provimi avec un chiffre d'affaires de 27,5%). Le groupe chiffre à plus de 123 millions d'euros l'impact sur son chiffres d'affaires des variations de change. Ceci étant, cet effet négatif a été plus que compensé par les acquisitions qui ont eu un impact positif de 153,8 millions d'euros (principalement Rolimpex en Pologne et Rocofa aux Pays-Bas). Hors effet de change et variations de périmètre, le chiffre d'affaires décroît de 19,4 millions d'euros, soit -1,4% à 1,54 milliard d'euros.Pour l'avenir, Provimi se montre plus que circonspect. Tout en notant que "les signes d'amélioration qui ont été constatés au cours du deuxième semestre de 2003, devraient se prolonger et même se renforcer dans certains pays comme les Etats-Unis, le Brésil, le Royaume-Uni et la Chine", le groupe pointe deux handicaps qui pourraient affecter ces performances. C'est ainsi que Provimi prévient que "la faiblesse du dollar et des monnaies qui lui sont liées et le prix élevé actuel des matières premières pourraient avoir un impact négatif sur le chiffre d'affaires et les résultats". Le groupe ne donne pas plus d'indications. A la Bourse de Paris, le titre Provimi recule en clôture de 2,04% à 13,91 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.