La route est dégagée pour la privatisation totale d'ASF

 |  | 384 mots
Lecture 2 min.
Avant d'être revendues par l'Etat, les ASF se fait une beauté. Les Autoroutes du Sud de la France (ASF) ont réalisé un bénéfice net de 187,1 millions d'euros au premier semestre 2005, en hausse de 23,7% par rapport aux six premiers mois 2004. La société d'autoroutes affiche tous ces indices financiers dans le vert alors qu'elle s'apprête à ouvrir la totalité de son capital détenu à 50,3% par l'Etat.Le résultat d'exploitation progresse de 4,5% à 477 millions d'euros et le chiffre d'affaires, publié en juillet, de 3,6% à 1,145 milliard d'euros. Les seules recettes péages représentent 98% du chiffre d'affaires à 1,123 milliard d'euros. Le reste est assuré par les activités commerciales d'ASF ainsi que par des installations de réseaux de fibres optiques pour les télécommunications.Véritable machine à cash, les sociétés d'autoroutes comme ASF investissent beaucoup pour se développer et de fait possèdent un endettement lourd. Mais le résultat financier d'ASF, qui représente le coût de l'endettement ainsi que les autres produits et charges financières, s'est amélioré de 14,8% à 190 millions d'euros, preuve que la société choie ses ratios financiers cette année. Cela se confirme d'ailleurs dans le plan d'investissement à long terme d'ASF qui doit construire pour 2012 l'autoroute A 89 entre Balbigny et Lyon. Son plan d'investissement qui démarre lentement en 2006 avec 4% du montant total devrait plafonner entre 15% et 20% des dépenses annuelles entre 2008 et 2012. En ce qui concerne l'activité plus récente, le trafic estival sur les autoroutes du sud de la France a progressé de 2,1% en juillet et août par rapport à l'an passé. Au niveau financier, ASF fait partie des trois sociétés d'autoroutes à être mises en vente par l'Etat. Si la concurrence semble rude sur les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et sur la Société des Autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef), la voie semble toute tracée pour ASF. Déjà actionnaire à hauteur de 23%, le groupe Vinci est le seul groupe à avoir déposé une offre de rachat sur ASF et devrait donc remporté le gros lot. Car aux vues du premier semestre et des résultats de ses concurrentes (voir ci-contre), ASF est la société autoroutière la plus rentable.Le titre a clôturé en hausse de 0,33% à 48,08 euros à la Bourse de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :