Les Français ont perdu en pouvoir d'achat au deuxième trimestre

 |   |  632  mots
Les Français ont augmenté de 3,3% leur consommation au mois d'août, un record depuis 1999, après un recul de 0,9% en juillet. Et ce, malgré une érosion du pouvoir d'achat de 0,3 point au deuxième trimestre. Les ménages puisent dans leur bas de laine et ont recours au crédit pour financer ces nouvelles dépenses.

Alors que le débat sur le pouvoir d'achat ne tarit pas (lire ci-dessous), le ministère de l'Emploi a publié aujourd'hui un indice du salaire mensuel de base qui devrait fortement l'alimenter. Ce dernier a augmenté de 0,6% au deuxième trimestre et de 2,9% sur un an, ce qui se traduit, compte-tenu de l'inflation, par une perte de pouvoir d'achat de 0,3 point au deuxième trimestre et par un faible gain de pouvoir d'achat de 0,9 point sur douze mois. L'indice des prix à la consommation hors tabac a augmenté de 0,9% au deuxième trimestre et de 2% de juin 2005 à juin 2006.

Malgré cela, la consommation des ménages français en produits manufacturés - qui représente un tiers de leur consommation totale- a reculé de 0,9% en juillet et progressé de 3,3% en août, après une hausse de 0,9% en juin, en données corrigées des jours ouvrables et des variations saisonnières, a annoncé l'Insee ce matin. Le ministre de l'Economie et des Finances Thierry Breton s'est félicité sur RMC de la hausse du mois août, soulignant que c'était "la plus forte progression depuis sept ans". "C'est clairement dû au fait qu'il y a un peu plus de pouvoir d'achat", a-t-il ajouté. "Globalement, la France consomme et c'est l'un des moteurs de la croissance". En août, le glissement annuel de la consommation en produits manufacturés a atteint 6,4%.

Les achats des ménages en automobiles chutent de 7,4% en juillet mais se redressent en août (+3,9%). Les dépenses en biens d'équipement du logement (électronique grand public, électroménager, meubles) rebondissent en août (+5,4%) après s'être repliées de 1,7% en juillet (+0,4% en juin). Les dépenses de consommation en textile-cuir sont en hausse de 3,0% en juillet et accélèrent en août (+5,0%), après +0,7% en juin.

En fait, c'est encore et toujours la consommation des biens d'équipement du logement qui tire les dépenses des ménages. "Parce que le prix de ces biens baisse (surtout dans l'électronique grand public où, qui plus est, le taux d'équipement des Français reste bas); parce que la vigueur du marché du logement et de la construction ces dernières années a généré des besoins d'équipement", explique Nicolas Bouzou, économiste chez Astérès.

Face au recul du pouvoir d'achat, c'est surtout le crédit qui soutient la consommation. "Réseaux bancaires et spécialistes sont entrés depuis environ deux ans dans une guerre concurrentielle qui les a amenés à considérablement baisser le coût des crédits", explique l'économiste. Les ménages ont su en profiter et, cette année, l'encours de crédit à la consommation aura augmenté de 8% en moyenne sur un an. "L'endettement atteint 66 % du revenu (un sommet historique) et le taux d'épargne est au plus bas depuis 1994, à 14,3 %", précise Marc Touati, chez Natexis. Enfin, la hausse des prix de l'immobilier donne aux 60% des ménages propriétaires le sentiment d'être plus riches.

Par catégorie socioprofessionnelle, l'indice du salaire horaire de base ouvrier a progressé de 0,6% au deuxième trimestre et de 3,1% sur un an, soit un gain de 1,1 point du pouvoir d'achat sur un an. Par secteur, le salaire mensuel de base a progressé le plus fortement au deuxième trimestre dans la construction (+0,7%) et dans l'industrie (+0,7%). Il a augmenté de 0,5% dans le secteur tertiaire. Le gain de pouvoir d'achat enregistré sur un an a été plus fort pour les salariés du BTP (+1,3 point) que dans le tertiaire (+0,9 point) ou dans l'industrie (+0,8 point).

La durée hebdomadaire collective moyenne du travail, relevée dans les entreprises de dix salariés et plus, s'est établie à 35,6 heures fin juin 2006. 15,4% des salariés travaillaient à temps partiel, précise le communiqué du ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :