L'Etat enregistre un déficit de 42 milliards d'euros fin septembre

 |   |  277  mots
Le déficit budgétaire de la France s'établissait à 42,01 milliards d'euros fin septembre, soit près de 9 milliards de moins qu'il y a un an. Les dépenses du budget général sont en baisse par rapport à septembre 2005. Mais les changements de périmètre survenus dans la loi de finances entre 2005 et 2006 rendent les comparaisons difficiles.

La nouvelle est apparemment bonne: l'Etat français a enregistré un déficit budgétaire de 42,01 milliards d'euros fin septembre, soit près de 9 milliards de moins que fin septembre 2005 (- 50,83 milliards d'euros). En outre, les dépenses du budget général sont en baisse sur un an, selon le ministère des Finances.

Pour autant, les comparaisons ne sont pas aisées entre le budget 2005 et celui de 2006, le premier voté dans le cadre de la Lolf, la nouvelle organisation régissant la loi de finances. D'abord, le périmètre de la loi de finances pour cette année a changé par rapport à l'an dernier, du fait notamment du transfert à la Sécurité sociale des allègements de cotisations sociales. Si bien que les dépenses du budget général, qui atteignent 192,5 milliards d'euros fin septembre, ont diminué en réalité de 2,6 milliards d'euros sur un an et non de près de 24 milliards d'euros comme établi avant la neutralisation des effets de modification de périmètre.

Autre raison de la difficile comparaison entre les deux exercices budgétaires: les "modifications calendaires dans l'exécution de la dépense", selon le ministère. Pour autant, "ces retards apparents ne remettent pas en cause l'objectif annuel de progression des dépenses au niveau de l'inflation (1,8 %)", tel que prévu par la loi de finances 2006. Les recettes nettes sont également en baisse sur un an (167,3 milliards d'euros à fin septembre 2006 contre 182,5 milliards à fin septembre 2005), là encore en raison des changements de périmètre du budget de l'Etat. "A périmètre constant, les recettes fiscales progressent d'une année sur l'autre de 4,6 %", selon Bercy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :