Mauvais mois de septembre pour l'automobile française

Alors que le salon de l'Automobile bat son plein depuis quelques jours, les statistiques publiées ce matin montrent un recul de 13,3% des ventes en France en septembre et de 3,1% depuis le début de l'année. Les constructeurs français, Renault en tête, continuent de souffrir particulièrement de cette dégradation.

Sombre rentrée pour les constructeurs automobiles. Alors que salon de l'Automobile bat son plein, les ventes de voitures particulières neuves en France ont chuté de 13,3% en septembre, à 143.634 immatriculations, et ont reculé de 3,1% sur les neuf premiers mois de 2006 à 1,52 million d'unités, a annoncé ce matin le Comité des Constructeurs français d'automobiles (CCFA). A nombre comparable de jours ouvrables, le marché automobile a baissé de 2,1% sur neuf mois. "Ce n'est pas l'euphorie dans l'automobile aujourd'hui, même si le Mondial doit redonner de l'espoir", a ajouté le président du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), Manuel Gomez.

"Cette forte baisse des ventes de voitures neuves en septembre fait suite à une période de plusieurs mois marquée par des amplitudes plus ou moins fortes à la hausse ou à la baisse et à un mois d'août au cours duquel on avait enregistré un retour à la stabilité (+0,1%)", selon un communiqué. Cette évolution "marque le manque de visibilité qui continue à caractériser le marché automobile français", a souligné le CCFA. Dans leur ensemble, les marques françaises marquent en septembre un recul plus net (-15,5%) que les marques étrangères (-10,1%) sur le marché français.

Le groupe français Renault a particulièrement souffert, puisque ses immatriculations ont chuté de 21,7% en septembre à 34.598 véhicules, et de 6,6% sur les neuf premiers mois de l'année. Sa part de marché a été ramenée à 24,1% en septembre, contre 26,7% un an plus tôt, soit une baisse de 2,6 points.

De son côté, PSA Peugeot Citröen a enregistré des ventes globales en baisse de 10,3% avec 48.461 voitures particulières neuves, mais sa part de marché a cru de 1,1 point à 33,7%. Citroën a connu un recul de ses immatriculations beaucoup plus fort que Peugeot: ses immatriculations ont baissé de 21,6%, contre un recul de 1,9% pour Peugeot. Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes de PSA Peugeot Citroën ont diminué de 4%, avec un repli de 6,2% pour Citroën et de 2,4% pour Peugeot.

Les constructeurs étrangers dans leur ensemble ont vu leurs immatriculations baisser de 10,1% pour atteindre une part de marché de 42,8%. Sur les trois premiers trimestres, elle est de 45,2%. Derrière Fiat, qui a vu ses ventes progresser de 8,2%, dont une hausse de 12,5% pour la seule marque Fiat, Toyota et Volkswagen sont ceux qui s'en sortent le moins mal avec des baisses de respectivement 1,8% et 4,6%.

Malgré ces mauvais résultats, le cours de Renault a gagné 33% depuis le début de l'année et celui de Peugeot a reculé de 10%. "Comme la parole de Carlos Ghosn est d'or, tout le monde s'est fixé sur l'objectif d'une marge opérationnelle de 2,5% en 2006. Il semble que Renault pourrait perdre 20% en nombre d'immatriculations tous les mois sans que le cours ne baisse", explique Patrice Solaro, analyste chez Kepler Equities, interrogé par l'AFP. Quant à Peugeot, "la réaction du marché est plus directe, plus liée aux chiffres des immatriculations, car l'offensive produit est là", a indiqué Gaëtan Toulemonde, analyste chez Deutsche Bank.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.