Les ventes de détail américaines reculent dans le sillage des prix de l'essence

 |   |  417  mots
Attendues en baisse de 0,4%, les ventes de détail américaines se sont repliées de 0,2% seulement en octobre. Le recul du chiffre d'affaires des stations-services a particulièrement pesé sur cette statistique. Si l'on retire l'essence, les ventes de détail ont progressé de 0,4%.

Le repli du prix de l'essence a entraîné une baisse de la consommation américaine en octobre. Les ventes de détail ont reculé de 0,2% en octobre outre-Atlantique et de 0,4% hors secteur automobile. Un recul moins marqué cependant que la baisse de 0,4% qu'attendaient les économistes du consensus recueilli par Bloomberg. Mais la baisse hors automobile est plus forte qu'attendu (-0,3%).

De plus, l'estimation de septembre a été nettement revue en baisse. Les ventes de détail ont reculé de 0,8%, contre la baisse de 0,4% estimée précédemment. Hors automobile, la baisse de septembre a été révisée à 1,2%, au lieu du recul de 0,5% de la première estimation.

La baisse des ventes en octobre s'explique avant tout par la chute du chiffre d'affaires des stations services, qui a accusé un recul de 6% après -11,1% déjà en septembre. Selon l'Association de l'automobile américaine, le gallon d'essence était à 2,24 dollars en octobre, contre 2,95 dollars en août. Le chiffre d'affaires des stations d'essence a reculé de 6% en octobre après un repli plus marqué de 11% en septembre.

Si l'on retire l'essence, les ventes de détail ont progressé de 0,4% en octobre. Selon la Réserve fédérale, la consommation, qui compte pour les deux tiers du PIB américain, ne devrait pas être affectée par l'érosion du patrimoine immobilier des Américains lié au repli du prix de la pierre.

Parallèlement, les prix à la production ont reculé de 1,6% aux Etats-Unis en octobre par rapport à septembre et l'indice de base (hors énergie et alimentation) a baissé de 0,9%, a annoncé mardi le ministère du Travail. Expliqué par la baisse des prix de l'énergie (en chute de 5%) et des véhicules à moteur (le prix des camions a plongé de 9,7% et celui des automobiles de 2,3%, après avoir augmenté en septembre), ce recul est le plus fort jamais enregistré sur un mois. Les analystes s'attendaient à une baisse de 0,5% de l'indice général et à une hausse de 0,1% pour l'indice de base.

"Réaction immédiate à ce recul de l'inflation, les bons du trésor américain se sont immédiatement repliés. La révision des chiffres de septembre et la déception sur les ventes de détail hors automobile ont sans doute également soutenu le marché obligataire. Ces chiffres militent en faveur d'une baisse des taux directeurs de la Réserve fédérale l'an prochain et ont donc entraîné un repli du dollar", commente Michael Carey, économiste chez Calyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :