Le néerlandais Ahold souffre aux Etats-Unis

 |   |  382  mots
Le distributeur néerlandais a vu son activité stagner au troisième trimestre, en raison notamment des difficultés rencontrées sur le marché américain. Les rumeurs sur d'éventuelles cessions d'actifs ou une scission du groupe abondent.

Le géant néerlandais de la distribution Ahold a réalisé un chiffre d'affaires de 10,3 milliards d'euros au troisième trimestre 2006, en progression symbolique de 0,7% sur un an. Selon Ahold, qui est le quatrième distributeur alimentaire mondial, les conditions de marché aux Etats-Unis sont toujours difficiles et affectent ses marges.

Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe est très légèrement supérieur aux attentes des analystes qui, selon Reuters, tablaient sur 10,18 milliards d'euros. A taux de change constants, la progression des ventes est un peu meilleure, à 3,7%.

Pour Ahold, c'est toujours le marché américain qui présente les plus sérieuses difficultés. Le groupe, qui y réalise 74% de son activité, explique ce matin dans son communiqué que "le troisième trimestre a été encore plus difficile aux Etats-Unis, en raison d'une activité accrue de la concurrence et de conditions économiques plus faibles, le tout conduisant à une pression sur les marges".

Ces difficultés conjoncturelles sur le marché américain contribuent à maintenir la pression sur les activités aux Etats-Unis d'Ahold. Ces dernières ont été à l'origine de très graves problèmes pour le groupe, suite à la révélation d'un scandale dans ses pratiques comptables en 2003. Depuis, la pression exercée sur le groupe par les investisseurs ne s'est jamais relâchée. Les hedge funds Centaurus Capital et Paulson, qui détiennent conjointement 6,4% du capital d'Ahold, poussent en faveur d'une scission du groupe.

Du coup, toutes sortes de rumeurs agitent les marchés quant à de possibles cessions. Jeudi, ainsi, le Financial Times affirme que le fonds d'investissement américain Clayton, Dubilier & Rice est en négociation pour le rachat de la filiale U.S. Foodservice, pour un montant de l'ordre de 5 milliards de dollars.

Ahnold s'est refusé à tout commentaire sur ces rumeurs, mais le groupe pourrait dévoiler les détails de ses projets de réduction de coûts et de restructuration lundi prochain.

Par contraste avec ses difficultés aux Etats-Unis, Ahold peut se consoler avec les performances de ses opérations sur son marché domestique: Albert Heijn, la première chaîne néerlandaise de supermarchés, a vu ses ventes bondir de 10,3% sur le trimestre écoulé.

Le titre cède 0,96% à 8,25 euros à la Bourse d'Amsterdam en fin de journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :