Shell affiche un bon troisième trimestre mais s'inquiète de la hausse des coûts

 |   |  346  mots
Le géant pétrolier anglo-néerlandais a vu son bénéfice baisser de 3% sur le troisième trimestre 2006, à 6,9 milliards de dollars mais il est en hausse de 33% à périmètre comparable. Le groupe indique que les coûts dans la production sont de plus en plus élevés et que les marges dans la raffinerie sont sous pression.

Le troisième trimestre 2006 du géant pétrolier Royal Dutch Shell est contrasté. Le groupe anglo-néerlandais a enregistré une baisse de 3% de son bénéfice net sur la période, par rapport à l'année précédente, à 6,9 milliards de dollars. Le groupe invoque un effet de base défavorable car l'année précédente il avait bénéficié d'un produit exceptionnel de 1,7 milliard de dollars issu de la cession d'actifs aux Pays-Bas. A périmètre comparable, le bénéfice s'inscrit en hausse de 33% d'une année sur l'autre.

Le groupe reconnaît toutefois qu'il subit de fortes pressions sur les prix de production et sur ses marges dans le raffinage. S'il indique dans un communiqué qu'il a enregistré "une bonne performance" sur le troisième trimestre, Royal Dutch Shell précise toutefois que "ses résultats ont montré leur résistance face à une hausse des coûts dans l'industrie pétrolière et l'affaiblissement des marges de raffinerie". Royal Dutch Shell a en revanche affiché un bon dynamisme dans le secteur du GNL (gaz naturel liquéfié). "La pression sur les coûts reste un problème significatif pour notre industrie", a déclaré Jeroen van des Veer, directeur général du groupe cité dans un communiqué.

Dans le détail, l'exploration et production a vu son bénéfice baisser de 24% à 3,7 milliards de dollars. La production du troisième trimestre a augmenté de 1% à 3,251 millions de barils équivalent pétrole par jour. "En excluant l'impact des ouragans dans le golfe du Mexique, les problèmes de sécurité au Nigeria", entre autres, la production a progressé de 3% sur un an.

L'activité gaz a vu ses bénéfices croître de 41% à 787 millions de dollars, grâce à la forte hausse des ventes dans le gaz naturel liquéfié. Dans les produits dérivés du pétrole, le bénéfice atteint 2,2 milliards de dollars contre 1,7 milliard de dollars un an plus tôt.

La Bourse apprécie apparemment ces résultats, le titre gagnant 3,06% à 1.846,76 pence à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :