Suez et Gaz de France ont dévoilé leur projet d'organisation

 |   |  1106  mots
Les deux groupes, qui confirment prévoir de mener à bien leur fusion d'ici la fin de l'année, ont présenté cet après-midi les grandes lignes de leur future organisation. La répartition des responsabilités vise à ménager les équilibres entre les deux groupes d'origine.

Réunis dans le cadre d'un "point d'étape" face à la presse, les présidents de Suez, Gérard Mestrallet, et de Gaz de France, Jean-François Cirelli, ont présenté cet après-midi les grandes lignes de l'organisation opérationnelle du nouveau groupe qui sera constitué en fin d'année, à l'issue de leur processus de fusion. Ils ont aussi tenu à rassurer. Selon Jean-François Cirelli, l'objectif est toujours bien de tenir les assemblées générales des actionnaires destinées à approuver la fusion "avant la fin de cette année. (...) Notre calendrier est respecté malgré les vicissitudes, nous sommes toujours dans les temps".

Précisant les échéances, le patron de GDF a affirmé que "dans les deux semaines qui sont devant nous, nous allons consulter les instances représentatives du personnel, vraisemblablement à la fin de la semaine prochaine, puis les conseils d'administration des groupes se réuniront pour statuer sur les modalités de la fusion". "Nous procéderons à la convocation des assemblées générales des deux groupes et nous annoncerons les modalités de la fusion", a-t-il ajouté, évoquant "la deuxième quinzaine de décembre" et mentionnant "des ajustements" et des "évolutions" dans le traité de fusion.

Malgré la série d'engagements pris auprès de l'Union européenne et les concessions importantes faites au gouvernement belge, "les ambitions et les objectifs industriels de la fusion restent les mêmes", a rappelé Gérard Mestrallet, ajoutant que "les évolutions observées ces derniers temps dans le secteur de l'énergie confortent pertinence de la fusion entre nos deux groupes. Pour autant, concernant le potentiel de synergies issues du rapprochement entre les deux groupes, Gérard Mestrallet a toutefois concédé que "la cession de Distrigaz va peser", évoquant désormais un chiffre "d'environ 1 milliard d'euros par an", contre une précédente estimation de 1,1 milliard d'euros.

Intervenant tour à tour durant la conférence de presse, les deux dirigeants ont ensuite dévoilé l'ossature de la future organisation de leurs groupes fusionnés et la répartition des postes à responsabilités. Comme on le savait déjà, Gérard Mestrallet sera président directeur général de l'ensemble, qu'il dirigera "en tandem", est-il précisé, avec Jean-François Cirelli, qui sera vice-président, directeur général délégué.

Au terme d'une intense bataille pour le partage des pouvoirs entre les exécutifs de GDF et Suez, le Comité de direction du nouveau groupe comprendra également, outre les deux les deux présidents, Yves Colliou, Jean-Marie Dauger, Jean-Pierre Hansen et Gérard Lamarche, tous directeurs généraux adjoints, les deux premiers venant de Gaz de France, et les deux autres de Suez. "Le choix des hommes est toujours le plus difficile, mais il est crucial", a souligné Jean-François Cirelli, notamment "si on cherche à définir une organisation de nature à pouvoir délivrer les énormes potentialités de notre projet".

Le nouvel ensemble sera structuré autour de branches opérationnelles et de directions fonctionnelles. Son Comité exécutif sera composé des membres du Comité de direction et des responsables des branches opérationnelles et des directions fonctionnelles.

Les branches opérationnelles seront au nombre de six, correspondant à une "logique industrielle et géographique":

-1. La branche Energie France, dirigée par Henri Ducré (GDF), sera en charge des activités de production et du portefeuille d'approvisionnement électrique ainsi que de l'ensemble des activités de commercialisation en France.

-2. La branche Energie Europe et International, dirigée par Jean-Pierre Hansen (Suez), sera composée de trois divisions: Energie Benelux-Allemagne, Energie Europe et Energie International.

-3. La branche Global Gaz et GNL, dirigée par Jean-Marie Dauger (GDF), sera responsable des activités d'exploration-production, des approvisionnements en gaz du Groupe, des activités liées au GNL et des grands clients gaz en Europe.

-4. La branche Infrastructures, dirigée par Yves Colliou (GDF), regroupera les activités de transport, les terminaux méthaniers et de stockage en France et en Belgique, ainsi que les activités de distribution en France.

-5. La branche Environnement, dirigée par Jean-Louis Chaussade (Suez), sera identique à l'actuel Suez Environnement qui regroupe les activités Eau et Propreté. Une branche "qui ne sera pas modifiée par la fusion et continuera à se développer au sein du groupe", a martelé Gérard Mestrallet.

-6. La branche Services à l'Energie, dirigée par Jérôme Tolot (Suez), regroupera les activités de services de Suez Energie Services et de Gaz de France (Cofathec).

Le groupe précise que les branches Energie Europe et International, Services à l'Energie et Environnement seront rattachées à Gérard Mestrallet, tandis que les branches Global Gaz et GNL, Infrastructures et Energie France seront rattachées à Jean-François Cirelli. En outre, un Comité de politique énergétique, présidé par Jean-Pierre Hansen, sera créé.

Les conseils d'administration des grandes filiales veilleront à préserver un équilibre entre administrateurs des deux groupes.

Outre les six branches opérationnelles, dix directions fonctionnelles vont être créées. Il s'agira de la direction Financière, dirigée par Gérard Lamarche, la direction Audit - Risques, dirigée par Philippe Jeunet, le Secrétariat général, dirigé par Yves de Gaulle, la direction de la Communication Financière et du Développement Durable, dirigée par Valérie Bernis, la direction de la Communication, dirigée par Raphaële Rabatel, la direction des Relations Internationales, dirigée par Jean-Marie Dauger, la direction de l'Intégration et des Synergies, dirigée par Emmanuel Hedde, la direction des Ressources Humaines, dirigée par Philippe Saimpert, la direction de la Stratégie, dirigée par Alain Chaigneau et enfin la direction de la Recherche et de l'Innovation, dirigée par Marc Florette.


Suez en forme sur les neuf premiers mois de l'année
Au 30 septembre 2006, Suez affiche un chiffre d'affaires de 32,4 milliards d'euros en hausse de 8,7% par rapport à l'année précédente. En termes de croissance organique, le chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année progresse de 9,2% sur un an. "Cette excellente performance confirme les objectifs du groupe pour 2006, d'une croissance supérieure à 7%", souligne Suez dans un communiqué diffusé après Bourse. "Tous les métiers du groupe sont en forte croissance", ajoute la le groupe d'énergie et de services. La division Energie Europe a enregistré une croissance organique de 13,1% à 11,6 milliards d'euros. Suez Energie International a vu ses ventes (en croissance organique) s'apprécier de 10,6% à 4,7 milliards d'euros. La division Energie Services a progressé en termes de ventes organiques de 5,7% à 7,7 milliards d'euros. Quant à Suez Environnement, il a vu ses ventes progresser de 6,4% à 8,4 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :