Le Crédit Agricole lorgnerait la banque turque Oyak

 |   |  381  mots
La banque française aurait déposé une offre sur la filiale du fonds de pension militaire Oyak. Mais elle ne serait pas la seule sur le dossier. Le choix du repreneur interviendrait la semaine prochaine.

Le Crédit Agricole ne semble pas vouloir faire une pause dans sa croissance externe. Après ses acquisitions en Grèce (Banque Emporiki) et en Italie (un réseau de 654 agences), la Banque verte lorgnerait son homologue turque Oyak, filiale du fonds de pension militaire éponyme. Selon le journal "Les Echos", le Crédit Agricole aurait déposé une offre. Mais il ne semble pas être le seul à s'intéresser au dossier puisque le britannique Standard Chartered aurait également fait une proposition.

Interrogé, le Crédit Agricole n'a pas souhaité commenter l'information. On devrait en savoir un peu plus la semaine prochaine, les autorités turques ayant prévu de rendre public le nom du finaliste retenu. Dans le contexte actuel, une banque française n'est peut-être pas la mieux placée pour traiter avec une émanation de l'armée turque. Les relations entre les deux pays sont en effet sous tension, depuis l'adoption par l'Assemblée nationale française d'une loi rendant passible de poursuites le crime de "négation du génocide arménien" survenu en Turquie au début du XXème siècle. Une initiative que les autorités turques ont fort mal prise, et qui a suscité un certain nombre d'appels au boycott contre les intérêts français.

Huitième banque privée turque, Oyak emploie 4.600 salariés et compte 307 agences. Elle a dégagé l'an dernier un bénéfice de 137 millions d'euros. Présente auprès des particuliers, notamment des militaires, et des entreprises, Oyak est valorisée environ 2,5 milliards d'euros, soit trois fois sa valeur comptable.

Si le changement d'actionnaire autour d'Oyak se concrétise, il confirmera un peu plus un mouvement déjà bien entamé sur le marché bancaire turc. En effet, les établissements Denizbank et Finansbank ont déjà changé de propriétaire cette année. La banque franco-belge Daxia a acquis 75% de Denizbank pour 2,5 milliards d'euros tandis que le grec National Bank of Greece (NBG) a pris une participation de 46% dans Finansbank. Un autre dossier important pourrait prochainement intéresser les banques occidentales avec la privatisation à venir de Halkbank. Sa valorisation se situe autour de 6 milliards de dollars.

En Bourse, le titre Crédit Agricole se négociait en fin d'après-midi à 33,86 euros, en baisse de 0,65%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :