Le CAC 40 passe dans le vert en fin de séance

 |  | 879 mots
Lecture 4 min.
Prenant le pas des marchés européens et américains, Paris est finalement passé dans le vert malgré Suez et Gaz de France. A la clôture, l'indice gagne 0,13% à 5.080,52 points. EDF affiche la plus forte hausse du marché. Les valeurs de la distribution progressent fortement.

Encouragé par l'ensemble des marchés européens et américains, soutenu par les annonces de rapprochement entre entreprises, Paris se hisse en terrain positif en fin de séance. Deuxième capitalisation du marché, Sanofi-Aventis termine notamment dans le vert et soutient le marché. Sur fond de concentration du secteur européen de l'énergie en particulier, EDF termine en tête de l'indice. A l'inverse, Suez et Gaz de France en accusent les deux plus forts replis, après l'annonce de leur rapprochement. Les valeurs de la distribution terminent généralement en forte hausse après de bonnes nouvelles dans le secteur en Europe et aux Etats-Unis.

La prudence est néanmoins de mise en ce début de semaine qui sera marquée par une série de résultats d'entreprises du CAC 40 comme Axa, Vivendi Universal ou LVMH, ainsi que par plusieurs indicateurs, dont la deuxième estimation du PIB des Etats-Unis, demain, et la réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, jeudi. Les économistes tablent sur une révision en hausse de la croissance américaine à 1,5% en rythme annualisé sur les trois derniers mois de 2005, contre une progression de 1,1% initialement annoncée. Les marchés anticipent par ailleurs un relèvement d'un quart de point des taux de la BCE à 2,5%.

A la clôture, le CAC 40 s'octroie 0,13% à 5.080,52 points, à ses plus hauts de quatre ans et demi. Le volume d'affaires totalise 5,4 milliards sur les seules valeurs du CAC 40. A Londres, le Footsie gagne 0,26% à 5.875,9 points et, à Francfort, le Dax prend 0,76% à 5.915,15 points. A New York, le Dow Jones gagne 0,58% à 11.125,81 points.

Le baril de brut léger américain recule à 61,10 dollars le baril, l'annonce d'un accord " de base " entre Téhéran et Moscou dans l'enrichissement de l'uranium faisant quelque peu retomber la pression née de l'attaque contre un site de raffinage en Arabie saoudite. Le dollar s'apprécie à 1,1863 pour 1 euro, contre 1,1872 vendredi soit à New York.

L'actualité macro-économique se résume principalement aux ventes de logements neufs en janvier. Publiées à 16 heures, elles ont été annoncées en baisse de 5%, au rythme annualisé de 1,233 million d'unités, après une hausse de 3,8% (révisée de +2,9%) en décembre. Les économistes tablaient sur 1,260 million d'unités en rythme annualisé en janvier, après 1,298 million (révisé de 1,269 million) en décembre.

Gaz de France cède 2,79% à 28,97 euros, après avoir inscrit un record à 32 dès l'ouverture, et Suez recule de 5,78% à 31,93 euros. Les deux groupes vont fusionner par absorption de Suez par Gaz de France sur la base d'une action du premier pour une du second. Suez versera pour sa part un dividende exceptionnel d'un euro par action. Les deux groupes prévoient que leur fusion occasionnera 500 millions d'euros de synergies opérationnelles par an. Enfin, le ministre de l'Economie Thierry Breton a annoncé que la part de l'Etat dans le nouvel ensemble sera légèrement inférieure à 40%.

EDF s'adjuge 4,03% à 46,24 euros après avoir atteint un pic historique à 47,30 euros. Morgan Stanley a relevé son objectif de cours sur le titre de l'électricien de 40 à 50 euros et Crédit Suisse a porté le sien de 40 à 47,40 euros. La Société Générale s'octroie 0,58% à 121,30 euros, également portée par des relèvements d'objectifs de cours liés au dynamisme de son pôle banque de détail. Crédit Suisse vise désormais 125 euros contre 88 et ING 131, contre 127.

Air Liquide perd 1,67% à 170,40 euros après des résultats tout juste conformes aux attentes. Le spécialiste des gaz industriels a dégagé un bénéfice net de 933 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 19,7%. Hors éléments exceptionnels, le résultat affiche une croissance de 10,9% à 900 millions d'euros. Le groupe propose un dividende de 3,85 euros, contre 3,50 euros l'an dernier. Pour 2006, il vise une progression de son résultat net à données comparables proche de celle de 2005. Enfin, Air Liquide distribuera une action gratuite pour 10 anciennes le 12 juin prochain.

Arcelor prend 0,82% à 30,65 euros. Le sidérurgiste a annoncé viser un excédent brut d'exploitation de 7 milliards d'euros par an après éléments exceptionnels sur la période 2006-2008. Le groupe précise qu'il reversera à ses actionnaires l'intégralité des gains tirés de la cession d'actifs non stratégiques. Arcelor prévoit en outre de générer 4,4 milliards d'euros de cash-flow par an et de conduire une politique d'acquisitions garantissant un rendement des fonds propres supérieur à 15%. Par ailleurs, le Financial Times rapporte que de plus en plus de spécialistes estiment que Mittal Steel devrait être amené à relever son offre de 18,6 milliards d'euros sur Arcelor, bien que le groupe indien s'en défende.

Axa gagne 1,30% à 29,70 euros à la veille de la publication de ses comptes 2005, attendus en forte hausse.

Eutelsat s'apprécie de 1,01% à 12,95 euros alors que le titre de l'opérateur de satellites fera son entrée dans l'indice SBF 120 le 20 mars.

Enfin, Maroc Telecom s'adjuge 3,50% à 12,13 euros. L'opérateur a dégagé un résultat net de 5,8 millions de dirhams en 2005, en hausse de 12,3%, et propose un dividende de 6,96 dirhams par action, en hausse de 22%, auquel il ajoutera un coupon exceptionnel de 4 dirhams. Pour 2006, Maroc Telecom vise, sauf événement exceptionnel majeur, une croissance de son résultat d'exploitation comprise entre 12% à 14% et une hausse de 6% à 8% de son chiffre d'affaires.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :