Les clubs de foot français bientôt en Bourse

 |  | 418 mots
Lecture 2 min.
Le ministre des Sports Jean-François Lamour a levé l'interdiction faite aux clubs de football de s'introduire sur les marchés financiers.

Finalement, les clubs de football pourront se coter sur les marchés financiers. C'est ce qu'a annoncé le ministre des Sports Jean-François Lamour. Cette interdiction sera levée à condition que ces derniers fassent appel public à l'épargne de "façon proportionnée". "Le gouvernement français fera part à la Commission européenne de son intention de modifier en ce sens la loi française. Il importe cependant d'encadrer cette possibilité, de façon proportionnée, aux buts d'intérêt général que nous poursuivons", a déclaré le ministre.

"Ainsi, une hypothèse de travail pourrait consister à lever l'interdiction d'appel public à l'épargne de manière encadrée, en autorisant l'émission par les sociétés sportives d'obligations, voire même de titres participatifs", a-t-il poursuivi à l'occasion d'une table ronde réunissant les professionnels.

"En ce qui concerne les actions, leur émission publique pourrait être réservée aux sociétés sportives qui sont directement ou indirectement titulaires de droits réels sur l'équipement sportif dans lequel elles évoluent, a-t-il précisé. L'existence d'un droit de propriété sur l'enceinte sportive me semble être une garantie quant à la solidité des actifs de la société et quant au lien qui l'unit à son territoire". A contrario, un club qui ne serait pas propriétaire de son équipement sportif devra se contenter d'obligations ou de titres participatifs.

L'annonce du ministre des Sports pourrait constituer une véritable révolution dans le monde sportif. En effet, les clubs de foot sont interdits de Bourse depuis la loi Buffet de 1999. Mais en décembre dernier, Bruxelles a demandé à la France de modifier sa législation, jugeant que l'interdiction faite aux clubs français entravait la "libre circulation des capitaux", la menaçant d'une saisine devant la Cour européenne de justice. Depuis, le ministre des Sports avaient entamé des discussions avec les diverses parties.

Reste à savoir quel club tentera maintenant l'aventure boursière. En 2003, l'Olympique lyonnais, présidé par Jean-Michel Aulas, avait tenté de contourner la loi Buffet en s'introduisant sur les marchés. Mais l'Autorité des marchés financiers lui avait finalement barré la route. Depuis, sa situation financière a changé et le club n'a plus besoin de lever d'argent. En fait, récemment, un magazine économique annonçait, sans plus de détails, que l'Autorité des marchés financiers (AMF) allait "donner son feu vert" à l'entrée en Bourse d'un club de football. Il pourrait s'agir du Racing Club de Lens (lire ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :