Le CAC 40 affecté par le pétrole et le dollar

 |   |  737  mots
Paris termine la séance en net repli, la quasi-totalité de ses valeurs en baisse. A la clôture, le CAC 40 perd 0,88% à 4.916,04 points. Une nouvelle flambée des cours du pétrole et l'affaiblissement du dollar face à l'euro ont pesé sur la tendance.

En l'absence de catalyseur permettant de faire contrepoids, le retour des cours du pétrole à 73 dollars le baril et le repli du dollar près des 1,30 dollar contre euro ont fait battre en retraite les valeurs européennes. Un repli rendu toutefois moins significatif par la faiblesse des volumes enregistrés, une partie des acteurs de marchés ayant prolongé leur week-end en ce lundi de Pentecôte. En toile de fond, les craintes liées à une résurgence de l'inflation et à de nouvelles hausses de taux ont incité les marchés à se montrer prudents. Au final, seules trois valeurs du CAC 40 terminent en hausse : AGF, Bouygues et Total.

A la clôture, le CAC 40 abandonne ainsi 0,88% à 4.916,04 points, dans des volumes réduits pour ce Lundi de Pentecôte. Ils s'élèvent à un peu plus de 2,9 milliards d'euros sur l'indice. A Londres, le Footsie cède 0,04%. A Francfort, le Dax recule de 1,16 %. A New York, le Dow Jones baisse de 0,66% à 11.174,18 points.

Le baril de brut léger américain s'inscrit en hausse de 52 cents à 72,85 dollars, l'Iran menaçant d'utiliser l'arme du pétrole pour faire pression sur les pays occidentaux dans le cadre de son programme nucléaire. Le dollar recule pour sa part à 1,2952 pour 1 euro, après avoir touché un nouveau plus bas d'un an à 1,2979, la faiblesse des créations d'emplois aux Etats-Unis plaidant pour une pause dans le cycle de hausse des taux de la Fed.

Sur le plan macro-économique, la croissance de l'activité dans les services a ralenti le mois dernier en Grande-Bretagne, l'indice central ressortant à 59,2, contre 59,7 en avril. Aux Etats-Unis, l'indice d'activité dans les services, tel que calculé par l'Institute for Supply Management (ISM), s'est replié à 60,1 le mois dernier, contre 63 en avril. Les économistes tablaient sur une baisse plus marquée à 60. Un indice supérieur à 50 reflète une expansion de l'activité, tandis qu'en deçà de ce seuil, il signale une contraction. Les marchés surveilleront par ailleurs la conférence monétaire internationale prévue à Washington, au cours de laquelle le président de la Fed, Ben Bernanke, et son homologue de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, doivent prendre la parole.

Gaz de France perd 0,48% à 26,80 euros et Suez 1,17% à 29,69 euros. La presse de ce lundi fait état des incertitudes concernant le dépôt du projet de loi autorisant l'Etat à passer sous les 70% du capital de GDF, préalable obligatoire à la fusion avec Suez. Par ailleurs, l'italien Enel a réitéré à Bruxelles ses griefs contre cette fusion et confirme son intérêt pour Electrabel, filiale de Suez.

Air France baisse de 1,37% à 16,61 euros. Selon l'Association internationale du transport aérien, les pertes des compagnies aériennes pourraient atteindre 3 milliards de dollars cette année, soit 36% de plus qu'estimé en mars, en raison notamment de la hausse des cours du pétrole.

La faiblesse du billet vert pèse sur les valeurs dites dollar. EADS recule ainsi de 3,11% à 26,79 euros, L'Oréal de 1,65% à 68,45 et Schneider de 0,98% à 81,10 euros.

Lafarge cède 0,84% à 93,90 euros. L'homme d'affaires belge Albert Frère a franchi en baisse le seuil de 10% des droits de vote avec 10,17% du capital et 9,66% des droits de vote du groupe cimentier français.

Arcelor plie de 1,43% à 33,80 euros. La Commission européenne a donné son feu vert à l'acquisition du sidérurgiste européen par Mittal Steel, sous réserve de la cession par ce dernier de trois laminoirs, en Allemagne, en Italie et en Pologne. Par ailleurs, Guy Dollé, le PDG d'Arcelor, a indiqué avoir reçu une lettre de la part de 29% des actionnaires du groupe demandant une assemblée générale au sujet du projet de fusion avec le russe Severstal.

Sanofi-Aventis cède 0,61% à 73,65 euros. Le groupe pharmaceutique a présenté les résultats d'une étude selon laquelle l'utilisation du Taxotere dans le cadre d'une chimiothérapie augmentait les chances de survie chez les malades atteints de cancers du poumon, de la tête et du cou.

Euronext gagne 0,84% à 71,75 euros, toujours soutenu par le projet de fusion avec NYSE Group, l'opérateur du New York Stock Exchange. Les discussions en vue d'un rapprochement entre Euronext et la Bourse de Milan doivent par ailleurs débuter cette semaine.

Enfin, Eiffage gagne 0,58% à 60,95 euros. Le groupe a été retenu par le gouvernement pour la concession de l'autoroute A65, qui reliera Langon en Gironde à Pau, dans les Pyrénées Atlantiques. Eiffage est associé à la Sanef dans le cadre d'un consortium.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :