MAN relève ses prévisions pour 2006 et maintient son OPA sur Scania

 |   |  435  mots
Le fabricant allemand de camions publie pour le troisième trimestre 2006 un bénéfice net en hausse de 80% à 325 millions d'euros, permettant au groupe de relever ses prévisions annuelles. Candidat au rachat de son concurrent suédois Scania, MAN procédera à une augmentation de capital pour financer l'opération.

Le groupe est dans "une forme olympique", assure par communiqué Håkan Samuelsson, le patron de MAN. Une modestie à la mesure des performances enregistrées par le constructeur allemand de poids lourds au titre du troisième trimestre 2006. Sur la période, MAN fait état d'un bénéfice net qui s'élève à 325 millions d'euros, en hausse de 80% par rapport au même trimestre de l'année précédente.

Le groupe a également publié un bénéfice d'exploitation supérieur aux attentes, en hausse de 64% à 278 millions d'euros, contre un consensus de 255 millions sur lequel tablaient les analystes interrogés par l'agence Reuters. Sur les neuf premiers mois de l'année, MAN porte son résultat opérationnel à 759 millions d'euros, le plus haut jamais atteint par le groupe. Son chiffre d'affaires a quant à lui progressé de 18% pour s'établir à 3,3 milliards d'euros. Toutes les activités du groupe ont contribué à sa bonne santé, précise la direction dans son communiqué, "portées par des mesures de restructuration et une bonne conjoncture".

Optimiste sur ses performances pour 2006, MAN revoit ses objectifs annuels à la hausse et prévoit une marge opérationnelle de 8%, au lieu de 7,5% auparavant, ainsi qu'une augmentation de 10% de son chiffre d'affaires à la faveur d'une demande soutenue. Par ailleurs, le groupe basé à Munich s'attend à un bénéfice d'exploitation excédant 1 milliard d'euros, pour la première fois de son histoire, avec une hausse "largement plus que proportionnelle à celle du chiffre d'affaires".

Prétendant coriace au rachat de son concurrent suédois Scania, le patron de MAN reste convaincu qu'une "issue positive est toujours possible". "La logique industrielle qui est derrière cette union reçoit un soutien grandissant", a-t-il pris le soin de souligner, ajoutant qu'une alliance entre les deux constructeurs "donnerait naissance à un nouveau champion européen", avec désormais la bénédiction de Volkswagen, premier actionnaire de chacun des deux groupes.

Au cours du mois dernier, le groupe allemand avait annoncé mettre 10,2 milliards d'euros sur la table pour reprendre son homologue scandinave, après qu'une première offre d'un montant de 9,6 milliards ait été rejetée par les actionnaires de Scania. Dans son communiqué, le groupe précise détenir 14,54% des droits de vote du suédois et contrôler 11,6% du capital, soit un peu plus que lors de son dernier comptage en octobre.

MAN annonce enfin qu'il présentera officiellement les termes de sa nouvelle offre sur Scania à la mi-novembre, et procédera à une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à 20% pour financer l'opération.

A la Bourse de Francfort, le titre MAN cède à la clôture 0,77% à 70,54 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :