Les compagnies aériennes dans la tourmente après le démantèlement d'un projet d'attentat outre-Manche

 |   |  590  mots
La police britannique a annoncé qu'elle avait déjoué un complot visant à faire exploser des avions entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. En Bourse, les compagnies aériennes européennes accusent le coup.

Nouvelle crise dans le transport aérien. La police britannique a annoncé ce matin avoir déjoué un plan visant à faire exploser en vol des avions entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. La police a indiqué qu'une vingtaine de personnes avaient été arrêtées et a placé le niveau d'alerte à son maximum outre-Manche.

"Un complot de grande ampleur visant à faire exploser des avions au cours du trajet a été déjoué", a commenté un porte-parole de la police britannique, cité par Reuters. "Nous faisons tout notre possible pour déjouer de nouveaux projets d'attentats [...] ce qui aura pour impact de perturber l'activité des aéroports", a ajouté John Reid, le ministre de l'Intérieur britannique.

"Nous ne pensons pas que l'attentat était programmé pour maintenant", a précisé une source auprès de l'agence Reuters. Reste qu'un vent de panique s'est d'ores et déjà abattu sur les compagnies aériennes européennes. En Grande-Bretagne, British Airways, a annulé pour la journée tous ses vols intérieurs et européens au départ et à destination de Londres-Heathrow. La compagnie low cost Easyt Jet a également annoncé qu'elle suspendait ses vols depuis Londres.

De son côté Air France a annulé ses vols prévus jusqu'à 14 heures vers la Grande-Bretagne. En France, le plan vigipirate est maintenu dans les aéroports, et les contrôles sur les compagnies aériennes britanniques sont renforcés. Dans toute l'Europe, la réaction est également très vive. Lufthansa a annulé ses vols vers la Grande-Bretagne jusqu'à 14 heures.

En outre, des annulations similaires ont lieu en Espagne, au Portugal et en Italie. Par ailleurs, l'aéroport de Bruxelles a indiqué que tous ses vols vers Londres étaient annulés. Les aéroports de Stockholm et Copenhague ont également renforcé leurs contrôles de sécurité.

Outre-Atlantique, la menace est également prise très au sérieux. Le niveau d'alerte est passé au rouge, son plus haut niveau. D'après les autorités américaines, citées par la BBC, trois compagnies américaines étaient notamment visées par ces attentats: United Airlines, American Airlines et Continental Airlines. Selon le ministre américain de la Sécurité intérieur des Etats-Unis, Michael Chertoff, le complot déjoué était déjà à un stade très avancé et se trouvait dans sa "phase finale de préparation". "Les terroristes avaient accumulé et rassemblé les éléments dont ils avaient besoin et ils étaient dans la phase finale de la préparation avant l'exécution", a-t-il indiqué.

En Bourse, les titres sont tous en baisse à la clôture. British Airways recule de 4,73% à 3771,55 pence. Air France recule dans le même temps de 3,04% à 19,15 euros. Easy Jet baisse de 1,95% à 414,50 pence. Pour sa part Lufthansa chute de 3,55% à 14,13 euros. Quant à Ryanair, il chute de 1,06% à 7,45 euros.


Les craintes d'un recul du trafic aérien font reculer le pétrole
Après avoir atteint de nouveaux plus hauts ces derniers jours, les cours du pétrole ont reculé ce matin, alors que la découverte de ces complots terroristes faisaient craindre un recul du trafic aérien à court terme. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre cédait 1,05 dollar à 76,23 dollars dans l'après-midi, après avoir reculé jusqu'à 76,44 dollars. Le brent avait atteint 78,64 dollars lundi après l'annonce du britannique BP de la fermetude d'un site de production important aux Etats-Unis. A New York, le baril de light sweet crude pour livraison en septembre cédait 1,30 dollar, ou 1,7%, à 75,05 dollars sur la plate-forme d'échanges électroniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :