Siemens taille encore dans les effectifs de sa filiale téléphonie

 |   |  242  mots
En supprimant un millier de postes dans sa filiale Com, le groupe allemand veut devenir plus compétitif. Les rumeurs portent à nouveau sur une cession de cette filiale en difficulté.

Pour rester concurrentiel, Siemens va supprimer 1.000 postes en Allemagne dans sa filiale de téléphonie mobile (Com) après une première coupe de 1.500 emplois sur les six mois achevés en mars. Les coupes, qui représentent moins de 2% des effectifs de Com qui emploie au total 54.500 personnes, ne concernent que l'Allemagne et toucheront les services d'administration, de marketing et de développement.

Les représentants des salariés et la direction se sont mis d'accord pour mettre en place un groupe de négociation qui devra mettre au point les compensations pour le millier de salariés concernés. Pour l'heure, aucune échéance n'a été donnée.

"La réduction des postes est inévitable car Siemens doit atteindre une structure de coût adaptée à la concurrence sur les prix au niveau international", explique le groupe allemand. Et Com, qui est en concurrence directe avec Ericsson, Nortel et Alcatel, a des difficultés à tenir la pression. Entre janvier et mars 2006, le bénéfice de la division a chuté de 75% sur un an à 27 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 3,383 milliards. Siemens est loin de son objectif d'être le numéro deux sur le marché des mobiles.

Avec ces suppressions d'emplois, la rumeur d'une cession de Com s'intensifie. Ce, même si en février, Siemens a affirmé qu'il ne vendrait pas son activité historique. A Francfort, le titre a clôturé en baisse de 3,03% à 75 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :