Les actionnaires d'Alcatel et de Lucent approuvent la fusion

 |   |  590  mots
Réunis en assemblées générales à Paris et New York, les actionnaires d'Alcatel et de Lucent ont donné en fin d'après-midi leur feu vert au projet de fusion entre les deux groupes, qui va donner naissance à un géant mondial des équipements de télécommunication.

C'est un nouveau groupe de premier plan dans les équipements télécoms, générant un chiffre d'affaires d'environ 21 milliards d'euros, qui naît aujourd'hui. Des deux côtés de l'Atlantique, en dépit des critiques de ces dernières semaines, les actionnaires d'Alcatel et de Lucent viennent en effet de donner leur aval au projet de fusion des deux équipementiers français et américain annoncé en avril dernier. Les actionnaires d'Alcatel ont approuvé dans le calme chacune des 31 résolutions nécessaires à cette alliance, à plus de 85% des voix. Le vote s'est réalisé avec un quorum de 40,09%, "un record historique", selon Serge Tchuruk, PDG d'Alcatel. Les actionnaires de Lucent recevront 0,1952 certificat de dépôt Alcatel pour chaque action Lucent. La valeur de l'opération, réalisée entièrement en titres, est d'environ 11 milliards de dollars (8,6 milliards d'euros).

Dans la course à la taille que se livrent les acteurs du marché, le groupe fusionné sera leader mondial des fabricants d'équipements de télécommunications devant le n° 2, l'alliance Ericsson-Marconi, et le n° 3 Siemens-Nokia. Le nouvel ensemble sera le n° 1 de la convergence avec un large portefeuille d'activités. Alcatel va renforcer avec Lucent sa position dans le téléphone fixe où il est leader avec le développement des offres triple play (Internet, télécoms et télévision). Et il va continuer de développer ses positions dans la téléphonie mobile, après l'acquisition de l'activité d'accès radio UMTS de l'équipementier canadien Nortel Networks annoncée vendredi dernier. Au niveau géographique, cette alliance permet à Alcatel, qui ne réalisait pratiquement pas de chiffre d'affaires en Amérique du Nord, de se développer fortement outre-Atlantique, tandis que Lucent va conquérir l'Europe. Le nouvel ensemble réalisera 34% de son chiffre d'affaires en Amérique du Nord, 34% en Europe, 15% en Asie et 15% au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique Latine.

Alcatel sera majoritaire dans le nouvel ensemble, dont il détiendra 60%, contre 40% pour Lucent.

L'effectif total des deux équipementiers a été évalué à 88.000 personnes, mais il est prévu d'en supprimer 10%, soit près de 9.000 personnes dans le monde.

Selon les dirigeants des deux groupes, la fusion sera relutive dès la première année. Par ailleurs, elle devrait permettre dès que le rapprochement sera effectif, si tout va bien fin 2006, de réaliser des économies de coûts de 1,4 milliard d'euros sur les trois prochaines années de 2007 à 2009.

C'est Patricia Russo, PDG de Lucent qui dirigera le nouvel ensemble. Âgée de 53 ans, c'est la 25éme des 100 femmes les plus puissantes du monde selon le classement du magazine Forbes d'août 2006. Cette Américaine sera la première femme à la tête d'une entreprise du CAC 40 et l'une des rares femmes à diriger un groupe international. Serge Tchuruk, PDG d'Alcatel deviendra, lui, président non exécutif.

En parallèle de ces assemblées générales, on apprenait dans l'après-midi que le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis, la SEC (Securities and Exchange Commission), pourrait engager une action légale contre Lucent pour avoir enfreint la législation anti-corruption dans ses opérations en Chine. Lucent a indiqué aujourd'hui qu'il doit recevoir prochainement une notification de la SEC. Il avait déjà fait l'objet d'une enquête sur ses opérations chinoises en avril 2004. Toutefois du côté de l'équipementier de télécoms américain, on se veut rassurant, cet avis de la SEC ne devrait pas perturber le mariage avec Alcatel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :