Hausse de 32% du chiffre d'affaires de Gaz de France sur neuf mois

 |  | 301 mots
Lecture 1 min.
Le groupe qui doit fusionner d'ici à la fin de l'année avec Suez a publié ce matin son chiffre d'affaires pour les trois premiers trimestres de son exercice. Il progresse de près de 32% à fin septembre et de 26% à périmètre constant. Le groupe confirme ses objectifs financiers pour 2006.

Alors que Bruxelles doit donner aujourd'hui son aval à la fusion entre Suez et GDF, ce dernier a publié ce matin avant l'ouverture des marchés son chiffre d'affaires pour les neuf premiers mois de son exercice. Ainsi à fin septembre, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 19,11 milliards d'euros, en hausse de 32,1% sur la même période de l'an passé. A structure comparable, la croissance ressort à 26%.

Si l'ensemble des métiers contribuent à cette performance, une mention particulière est à mettre sur le compte de la division "transport-distribution international" dont l'activité double quasiment (+92%). Il s'agit essentiellement d'un effet périmètre lié à l'intégration de deux sociétés (Distrigaz sud en Roumanie et SPE en Belgique). A périmètre constant, la croissance de cette division est de 27%.

Bonne performance également de la branche "exploration-production" qui enregistre une croissance de 65% en raison notamment de la hausse des hydrocarbures (produits pétroliers et gaz naturel) et de l'augmentation de 12,5% de la production du groupe à 28,7 millions de barils équivalent pétrole. Quant à la division "achat-vente", son chiffre d'affaires progresse de 29%, lié également à la hausse des prix de l'énergie.

Fort de ces bonnes performances, le numéro un européen de la distribution de gaz naturel a confirmé ses objectifs financiers pour l'année 2006 et pour la période 2005-2008. Ils avaient été révisés à la hausse le 12 septembre lors de la publication des résultats semestriels. Cette année, le groupe attend une croissance de son excédent brut opérationnel (EBO) supérieure à 20%, soit plus de 5 milliards d'euros. De son côté le résultat net 2006 devrait être supérieur à 2,2 milliards. Pour 2005-2008, il est toujours attendu une croissance de l'EBO supérieure à 10% par an en moyenne.

L'action GDF cède 1,12% à 32,75 euros en fin de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :