Toshiba rappelle ses ordinateurs portables équipés de batteries Sony

 |   |  350  mots
Après Dell et Apple, le groupe japonais est le troisième fabricant d'ordinateurs à prendre une telle décision. Les incidents à répétition suscités par ses batteries pourraient coûter cher à Sony.

Et de trois: après Dell et Apple, c'est aujourd'hui Toshiba qui rappelle des centaines de milliers d'ordinateurs portables, en raison de problèmes liés à l'utilisation de batteries Sony. Le fabricant japonais d'ordinateurs a annoncé qu'il demandait à ses clients de rapporter quelque 340.000 ordinateurs portables fabriqués entre les mois de mars et mai de cette année. Le problème: les batteries Sony utilisées dans ces machines seraient susceptibles de cesser de fonctionner.

L'anomalie décelée par Toshiba semble donc un peu différente des problèmes observés par Dell et Apple. Pour les ordinateurs portables de ces deux derniers groupes, le problème observé tient à un échauffement anormal, certains appareils ayant même pris feu. Mais Toshiba a précisé expressément que ses batteries ne présentaient pas un tel problème d'échauffement.

Reste que pour Sony, la série noire commence à s'allonger de façon inquiétante. Au mois d'août, Apple et Dell ont dû rappeler environ 6 millions d'ordinateurs portables. Et même si les fabricants d'ordinateurs Fujitsu et HP, qui utilisent eux aussi des batteries Sony, n'ont pas signalé de problème, la facture pourrait être lourde pour le groupe d'électronique japonais. Après l'annonce des rappels effectués par les deux constructeurs américains, Sony avait estimé qu'il pourrait avoir à leur payer entre 172 et 258 millions de dollars (135 à 200 millions d'euros).

D'ores et déjà, les autorités japonaises ont ouvert une enquête. Le ministère de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (Meti) a demandé communication de tous les détails sur les incidents relevés, le nombre de batteries concernées, les circonstances des problèmes et les mesures de précaution prises. Simultanément, le Meti a demandé aux organisations professionnelles japonaises rassemblant les fabricants de PC et de batteries de préciser quels types d'accumulateurs ces derniers employaient, en mentionnant s'ils avaient rencontré des problèmes similaires. Le ministère doit mettre en place une commission d'experts chargés d'étudier les mesures nécessaires pour garantir un emploi sans risque des batteries rechargeables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :