DaimlerChrysler supprime 6.000 postes supplémentaires

 |   |  334  mots
Le constructeur automobile va supprimer 6.000 emplois administratifs dans le monde d'ici 2009. DaimlerChrysler espère ainsi économiser 1,5 milliard d'euros par an. Ce plan social intervient quatre mois après les 8.500 suppressions de postes dans la filiale Mercedes. Hier déjà, Ford a annoncé la supression d'au moins 25.000 emplois en Amérique du Nord.

Nouveau plan social chez DaimlerChrysler. Le constructeur automobile germano-américain va supprimer 6.000 postes dans le monde d'ici 2009 au sein du groupe. Ces coupes concernent les postes administratifs et représentent 20% de ses effectifs.

Ces nouvelles mesures de restructurations devraient permettre à DaimlerChrysler d'économiser 1,5 milliard d'euros par an sur la période 2006-2009. Ce plan social coûtera au total près de 2 milliards d'euros sur trois ans.

Concrètement, la suppression de ces 6.000 postes résulte de la centralisation et du regroupement des services administratifs comme les finances, le contrôle interne ou les ressources humaines. L'idée pour le constructeur automobile est de supprimer les doublons faits entre les filiales et la maison-mère. Le but final est de raccourcir et d'accélérer les processus de décision dans tout le groupe. Illustrant cette volonté, DaimlerChrysler a également décidé de réduire de 12 à 9 membres son directoire.

Ce nouveau plan social est le deuxième annoncé par le nouveau patron du constructeur allemand. Arrivé à la tête du groupe DaimlerChrysler en septembre dernier, et tout en conservant son poste de patron de Mercedes, Dieter Zetsche a déjà annoncé fin septembre 8.500 suppressions d'emplois dans la filiale allemande.

Mercedes supporte notamment les lourdes charges de la restructuration de la filiale Smart, en perte depuis son rachat en 1999. En 2005, les charges de restructuration se sont élevées à 1,2 milliard d'euros. En tout, DaimlerChrsyler aura perdu 3,5 milliards d'euros à cause de Smart. Handicapé par ces lourdes pertes, DaimlerChrysler a mandaté la banque d'affaires américaine Goldman Sachs pour étudier les éventuels candidats au rachat de Smart (voir ci-contre).

Hier, Ford avait déjà aussi annoncé un lourd plan de restructuration visant la suppression de 25.000 à 30.000 emplois en Amérique du Nord (voir ci-contre). Les difficultés dans cette région avaient également contraint General Motors à lancer un vaste programme de suppressions de 30.000 emplois (voir ci-contre).

Après l'annonce de ces suppressions de postes, le titre DaimlerChrysler s'est envolé de 3,80% à 44,28 euros à la clôture de la Bourse de Francfort.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :