Arcelor ne veut pas d'une alliance avec Nippon Steel

 |   |  309  mots
Le patron d'Arcelor déclare qu'il ne croit pas à l'arrivée d'un chevalier blanc pour défendre son groupe contre Mittal Steel. Une alliance capitalistique avec Nippon Steel serait notamment jugée destructrice de valeur. Guy Dollé serait plutôt favorable à un partenariat industriel avec un groupe plus petit.

S'il doit trouver un allier pour contrer l'OPA de Mittal Steel, Arcelor n'est pas prêt à se livrer aussi facilement à un autre groupe. Alors que le nom de Nippon Steel revient fréquemment pour faire figure de chevalier blanc, le président d'Arcelor, Guy Dollé, estime qu'une telle opération "ne serait pas crédible" et serait surtout "destructrice de valeur", dans un entretien accordé aux Echos.

Le patron d'Arcelor a déclaré qu'il n'y avait pas de logique à l'apparition d'un chevalier blanc pour soutenir son groupe dans la bataille l'opposant à Mittal Steel. Avec 18 milliards d'euros de capitalisation boursière, Arcelor pèse aujourd'hui très lourd. Un véritable projet industriel serait trop difficile à digérer pour un éventuel chevalier blanc.

Le patron d'Arcelor est très catégorique sur ce point. "Un chevalier blanc industriel, ça n'existe pas", déclare-t-il. Et quand à l'arrivée d'une aide extérieur purement financière pour contrer l'offre de Mittal Steel, sa réponse est encore plus claire: "un chevalier blanc financier, je n'y crois pas", assure Guy Dollé.

Toutefois, le numéro un d'Arcelor n'exclut pas que la défense de son groupe passe par une aide extérieur. Mais elle viendrait plutôt d'un partenariat industriel avec un groupe de taille plus petite. Guy Dollé crois "beaucoup plus à un "petit" chevalier blanc". Pour lui, cette alliance consisterait à un partenariat sur une activité précise avec un "autre acteur qui rentrerait au capital". Le patron d'Arcelor assure d'ailleurs avoir beaucoup de "partenaires potentiels".

En tous les cas, il assure que pour défendre son groupe, Guy Dollé "n'envisage pas de dividende exceptionnel" pour ses actionnaires. Du coup, à la suite de ses déclarations, les investisseurs semblent plutôt parier de nouveau sur une surenchère. A la Bourse de Paris, le titre Arcelor a clôturé en hausse de 4,06% à 30,53 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :