Laurence Parisot exprime quelques convergences avec Ségolène Royal

 |   |  374  mots
Reçue mercredi par la candidate socialiste, la présidente du Medef s'est félicitée que les deux femmes partagent le même souci de "compétitivité pour les entreprises". Mais Laurence Parisot souligne des divergences dans les remèdes envisagés.

Les rencontres entre les candidats à l'élection présidentielle et les leaders syndicaux et patronaux se multiplient. Mercredi 28 février, Ségolène Royal recevait ainsi Laurence Parisot, présidente du Medef, et Jean-François Roubaud, son homologue à la CGPME. Dans le courant du mois de mars Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal auront toute une série d'entretiens avec les leaders syndicaux. La candidate du PS aura notamment une rencontre le 9 mars avec François Chérèque, le leader de la CFDT.

Selon Laurence Parisot, "sur certains éléments de diagnostic, nous avons une approche qui n'est pas éloignée l'une de l'autre. Sur les solutions et les remèdes, il peut y avoir un certain nombre de divergences". Ainsi, par exemple, il semblerait, selon nos informations, que Ségolène Royal se soit dit favorable à un statu quo sur la question des 35 heures.

La présidente du Medef s'est tout de même félicitée que "l'enjeu de la compétitivité des entreprise" soit un souci partagé par Ségolène Royal. Elle a aussi apprécié que l'entretien ait été essentiellement consacré aux questions économique et, notamment, à la problématique de la "création de richesses". Laurence Parisot en a d'ailleurs profité pour offrir un exemplaire du "Livre Blanc" du Medef à la candidate socialiste.

"Il faut pour résoudre ce challenge [de la compétitivité] avoir une approche gagnant-gagnant -- c'est le terme qu'a utilisé Ségolène Royal plusieurs fois au cours de notre rencontre -- qui tienne à la fois compte des intérêts des entreprises, des salariés et du pays", a-t-elle dit.

La rencontre a aussi porté sur le "dialogue social" et "la représentativité des syndicats". "Nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut qu'il y ait des adhésions plus massives aux organisations syndicales", a précisé Laurence Parisot.


Dialoguez avec François Bayrou
A l'initiative de La Tribune et de Radio Classique, le candidat UDF à l'élection présidentielle répondra le mercredi 7 mars à Lyon aux questions de dix chefs d'entreprise . Vous avez jusqu'au lundi 5 mars pour soumettre les questions de votre choix en cliquant sur le lien ci-contre ci-dessous. Nous sélectionnerons les plus intéressantes et nous les lui poserons.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :