Intervention surprise de la banque centrale néo-zélandaise

 |   |  339  mots
Dans un contexte de reprise généralisée du dollar face à toutes les grandes monnaies, le "kiwi" se singularisait par sa vigueur. La Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande est intervenue ce matin pour tenter de faire rentrer sa monnaie dans le rang.

L'euro continuait de baisser lundi face au dollar, s'échangeant à ses plus faibles cours depuis deux mois, à 1,3340 au plus bas ce matin, sur un marché de changes préoccupé par les perspectives de la politique monétaire américaine avant la publication d'une série d'indicateurs macroéconomiques aux Etats-Unis. Car la Réserve fédérale américaine, qui maintient son taux directeur inchangé à 5,25% depuis un an, continue de s'inquiéter de l'inflation, rendant les opérateurs très nerveux avant la publication, vendredi, aux Etats-Unis des chiffres des prix à la consommation.

Le calendrier économique américain est particulièrement chargé cette semaine avec notamment la diffusion des ventes de détail du mois de mai et du livre beige de la Fed mercredi, des prix à la production jeudi et de la production industrielle de mai vendredi.

En dehors de cette parité clé du marché des changes, le fait marquant de la matinée concerne le "kiwi", l'une des dix monnaies les plus traitées du monde. La banque centrale néo-zélandaise est intervenue lundi de manière exceptionnelle en vendant des dollars néo-zélandais pour tenter de juguler ce qu'elle estime être une "appréciation injustifiée de sa monnaie", l'une des plus performantes du monde depuis le début de l'année, avec un gain de 21% face au dollar sur les douze derniers mois.

La semaine dernière, après la hausse inattendue du taux directeur de l'institut d'émission de Wellington, porté à un record de 8%, le dollar néo-zélandais avait bondi à son plus haut niveau depuis 1985, pour atteindre 0,76 dollar des Etats-Unis. "Comme le stipule notre déclaration de politique monétaire du mois de juin, nous estimons les niveaux actuels du taux de change comme exceptionnels et injustifiés au regard des fondamentaux économiques", a indiqué son gouverneur Alan Bollard. Après la confirmation de l'intervention musclée de la banque centrale, le kiwi a rechuté à 0,7525 dollar, mais les spéculateurs, avides de rendements élevés, n'ont pas dit leur dernier mot.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :