Nouvelles sanctions de l'ONU contre l'Iran, invité à reprendre les discussions

 |   |  304  mots
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi une résolution prévoyant un embargo sur les achats d'armes à l'Iran et des restrictions financières et commerciales. Ses cinq membres permanents et l'Allemagne appellent à une solution négociée à la crise sur le nucléaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a infligé samedi de nouvelles sanctions économiques et commerciales à l'Iran, pour son refus de suspendre ses activités nucléaires sensibles. Peu après, les cinq membres permanents du Conseil (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et l'Allemagne ont appelé à une solution négociée à la crise avec l'Iran sur son programme nucléaire controversé.

"Nous proposons de nouvelles discussions avec la République islamique d'Iran pour voir si nous pouvons trouver un chemin acceptable pour tous vers des négociations", indiquent les ministères des Affaires étrangères des six pays dans un communiqué. Par ailleurs, le diplomate en chef de l'Union européenne, Javier Solana, va reprendre contact avec le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Larijani, a-t-il annoncé dimanche.

La nouvelle résolution 1747 alourdit les sanctions infligées à l'Iran dans la résolution 1737 du 23 décembre. Elle prévoit un embargo sur les achats d'armes à l'Iran et des restrictions volontaires aux ventes d'armements à ce pays. Elle contient aussi des restrictions financières et commerciales, ainsi que sur les voyages de certaines personnalités iraniennes liées au programme nucléaire.

Le ministre iranien des affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a rejeté la résolution de l'ONU, la qualifiant d'"illégale, inutile et injustifiable". Les plus hautes autorités iraniennes ont répété ces derniers jours que la nouvelle résolution et des sanctions supplémentaires ne feraient pas plier l'Iran. Après le vote, le vice-président du parlement iranien, Mohammad Reza Bahonnar, a confirmé cette position. L'Iran "défendra son droit nucléaire et n'acceptera pas de se soumettre à la force", a-t-il déclaré. L'Iran assure mener son programme nucléaire uniquement à des fins civiles, mais la communauté internationale le soupçonne de vouloir se doter de l'arme atomique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :