Japon : les prix ont continué de baisser en mai

 |   |  611  mots
Pour le quatrième mois consécutif, les prix à la consommation ont continué de décliner en mai. L'indice a été plombé par une dégringolade spectaculaire (-18%) des prix des produits électroniques grand public. Dans le même temps, le taux de chômage est resté en mai à son plus bas niveau depuis neuf ans (3,8%).

Le spectre de la déflation referait il surface au Japon? Les prix à la consommation hors produits frais ont reculé de 0,1% sur un an, conformément aux prévisions des économistes. En excluant également les prix de l'énergie, les prix à la consommation ont chuté de 0,3%. L'indice a été plombé par une dégringolade spectaculaire (-18%) des prix de "biens de loisirs durables", catégorie qui comprend les produits électroniques grand public. Les prix de ces produits ne cessent de baisser au Japon en raison de l'impitoyable concurrence qui règne dans le secteur. Les prix des communications ont pour leur part reculé de 2,3%, là aussi en raison de la guerre des prix entre opérateurs téléphoniques. Quant aux prix des carburants, ils ont diminué de 2%.

"Les circonstances économiques n'ont dans l'ensemble pas changé. Nous ne pouvons pas encore dire que nous sommes complètement sortis de la déflation", a reconnu la ministre de la Politique économique et budgétaire, Hiroko Ota, cité par l'agence France Presse (AFP).

L'économie japonaise a subi entre l'été 1998 et la fin 2005 une longue période de déflation, phénomène pernicieux qui décourage l'investissement et retarde les dépenses de consommation des ménages. Selon Hiromichi Shirakawa, économiste au Crédit Suisse, aucun signe d'amélioration n'est à attendre à court terme. "Je pense que les prix à la consommation continueront à baisser en juin. Les pressions à la hausse sur les prix restent très limitées jusqu'à présent", a-t-il commenté.

Alors que le gouvernement nippon et plusieurs organisations économiques internationales estiment que la déflation n'est toujours pas complètement vaincue, la Banque du Japon (BoJ), plus optimiste, a déclaré le phénomène terminé en juillet 2006 et a mis fin à la politique de taux d'intérêt zéro qu'elle pratiquait depuis 2001 pour tenter d'enrayer la chute des prix. En février, la BoJ a porté son taux directeur à 0,5%.

Les économistes tablent sur une nouvelle hausse des taux en août, voire dès le mois de juillet, malgré la baisse continue des prix. "La Banque du Japon est fermement résolue à relever les taux et la faible inflation de mai n'y changera rien", a ainsi affirmé Yasunari Ueno, analyste chez Mizuho Securities.

Selon la banque centrale, le retour à une inflation négative ces derniers mois n'est que temporaire, et les prix finiront tôt ou tard par rebondir, l'écart se réduisant sans cesse entre la production et la consommation. La BoJ pourrait être confortée dans cette idée par les bons chiffres du chômage, resté inchangé en mai par rapport à avril à 3,8%, son niveau le plus bas depuis 1998. De plus, la pénurie de main d'oeuvre qui sévit au Japon depuis décembre 2005 s'est encore aggravée, avec 106 offres d'emplois pour 100 demandes fin mai, contre 105 offres fin avril.

Théoriquement, cette pénurie de main d'oeuvre devrait conduire à des augmentations de salaires et à un rebond de la consommation susceptible de faire redémarrer l'inflation. Mais cela n'a pas été le cas jusqu'à présent pour des raisons démographiques: les "baby-boomers" expérimentés et bien payés quittent le marché du travail, et sont remplacés par des jeunes au salaire plus modeste. Le revenu moyen des Japonais continue donc à stagner.

D'autres statistiques publiées vendredi signalent toutefois que les dépenses des ménages ont augmenté pour le cinquième mois consécutif en mai (+0,4%). "Les pressions à la hausse sur les salaires finiront par voir le jour. Cela renforcera la possibilité d'une hausse des prix à la consommation, mais cela prendra encore un certain temps", a estimé Taro Saito, économiste chez NLI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :