La Cnaf veut s'assurer que l'Etat financera les nouvelles places en crèches

 |   |  282  mots
Le budget de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) va être relevé de plus de 56 millions d'euros pour financer les nouvelles places en crèches annoncées en novembre par Philippe Bas, ministre délégué à la Famille. Cette augmentation va être examinée probablement lors d'un conseil d'administration extraordinaire fin janvier.

Est-ce que les nouvelles places en crèches promises en novembre par le gouvernement seront bien financées par l'Etat? Les administrateurs de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) vont s'en assurer lors de l'examen d'un projet d'avenant à la convention d'objectif et de gestion (COG) - qui lie l'Etat et la Cnaf pour la période 2005-2008 - transmis mercredi par le gouvernement. Ce texte prévoit en effet l'augmentation du budget de l'action sociale de la branche famille de la Sécu de 56,5 millions d'euros.

Cette somme est destinée à financer les 4.000 places en crèches supplémentaires en 2007 et 2008, en plus des 10.000 déjà prévues sur ces deux années. Ces nouvelles places avaient été promises en novembre par Philippe Bas, ministre délégué à la Famille. Au total, le gouvernement a prévu l'ouverture de 40.000 nouvelles places en crèches d'ici 2011. L'enveloppe se répartit 44 millions d'euros consacrés à l'investissement sur deux ans et 12,5 millions d'euros destinés au fonctionnement.

La Cnaf, qui approuve ce choix "correspondant à la demande des familles", ne veut pas pour autant être mise à contribution sur ses propres ressources. "Nous voulons nous assurer que ce sont bien des crédits nouveaux et non des reports de crédits", souligne une source proche du dossier. Comme l'an dernier l'Etat a demandé à la Cnaf d'être plus sélective dans l'allocation de ses crédits destinés aux crèches, "nous risquons d'être en sous-consommation de crédits sur 2006". Afin de disposer de l'ensemble des éléments financiers provenant des CAF, les adminstrateurs examenineront le projet d'avenant probablement lors d'un conseil d'administration extraordinaire le 24 janvier, et non lors du prochain conseil ordinaire le 9 janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :