Crise du "subprime" : Merrill Lynch renfloue une filiale à hauteur de 1 milliard de dollars

Merrill Lynch a récemment injecté un milliard de dollars dans une de ses filiales très exposée au subprime et au papier commercial. Selon des documents de l'autorité des marchés financiers (SEC), la filiale de Merrill Lynch risquait de ne plus satisfaire aux conditions fédérales minimum requises pour être une banque "bien capitalisée".

Encore une mauvaise nouvelle pour le secteur bancaire. Merrill Lynch a récemment dû injecter un milliard de dollars dans une de ses filiales très exposée au subprime et au papier commercial affecté par l'assèchement mondial de la liquidité. Selon des documents transmis à l'autorité des marchés financiers (SEC), la filiale de Merrill Lynch, Merrill Lynch Bank USA, risquait de ne plus satisfaire aux conditions fédérales minimum requises pour être une banque "bien capitalisée".

Les exigences minimales de fonds propres fixées aux Etats-Unis par la FDIC (Federal Deposit Insurance Corp.) pour être une banque bien capitalisée correspondent à un ratio d'au moins 10% du montant investi (ratio "risk-based capital"). Les capitaux propres de la filiale de Merrill étaient de 6,25 milliards de dollars au troisième trimestre, ce qui correspondait à un ratio "risk-based capital" de 11,62%, en hausse par rapport aux 10,72% du trimestre précédent.

Les concurrents de Merrill Lynch disposant de banques industrielles plus petites sont généralement mieux capitalisés. Le ratio de Goldman Sachs Bank USA était ainsi de 23% au troisième trimestre et celui de Morgan Stanley Bank était de près de 13%. Mais le ratio de Lehman Brothers Commercial Bank était ressorti juste en dessous de celui de la filiale de Merrill, à 11,4%, selon des documents de la FDIC.

Cette injection de capital pourrait être le prélude à d'autres pertes touchant les actifs de Merrill Lynch dans des produits de dérivés de crédit liés au segment hypothécaire à risque américain. William Tanona, analyste chez Goldman Sachs, prédit que Merrill devra déprécier huit milliards de dollars pendant le trimestre en cours et cinq milliards de dollars l'an prochain. Ce montant s'ajoutera aux 8,4 milliards de dollars de dépréciations déjà inscrits au troisième trimestre.

"En cohérence avec notre pratique de longue date, et dans le cadre de nos activités normales de gestion de capital, nous prenons des mesures pour rester 'bien capitalisés'", a fait savoir Merrill dans un communiqué diffusé mardi.
L'exposition nette totale aux actifs adossés au subprime s'élève à 27,2 milliards de dollars, à comparer au total des actifs de Merrill qui est de 1.100 milliards de dollars. Pour autant, les investisseurs s'inquiètent de l'exposition de Merrill aux CDO (collateralized debt obligations), des instruments de produits dérivés directement concernés par la crise du subprime.

Merrill Lynch Bank USA a 77,6 milliards de dollars d'actifs et son exposition aux produits adossés au subprime est de 5,7 milliards, selon les documents de la banque transmis à la SEC. La banque, toujours selon ces documents, est aussi exposée à des véhicules d'investissement titrisés refinancés par émission de papier commercial et a perdu 170 millions de dollars au troisième trimestre en protégeant ses investisseurs de la dévaloriation de ces produits.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.