Après le "yacht", les vacances de Nicolas Sarkozy en Egypte déclenchent à nouveau la polémique

Le départ en vacances de Nicolas Sarkozy en Egypte, à bord d'un avion appartenant à l'homme d'affaires Vincent Bolloré, provoque une nouvelle fois les critiques de l'opposition, qui dénonce les liens entre le chef de l'Etat et les milieux d'affaires. La présence en Egypte de Carla Bruni, la nouvelle compagne de Nicolas Sarkozy, ne passe pas non plus inaperçue.

Après le "yacht", voici venue désormais l'affaire du "jet privé". Dans les deux cas, deux protagonistes: le président de la République Nicolas Sarkozy, et l'homme d'affaires Vincent Bolloré, au prise avec un trouble fête: la gauche française. Alors que la "retraite" de Nicolas Sarkozy au lendemain de sa victoire présidentielle, à bord d'un luxueux yacht prêté par Vincent Bolloré, avait déclenché la polémique, le départ en vacances du président de la République en Egypte à bord d'un avion appartenant toujours à l'homme d'affaires breton, provoque une nouvelle passe d'armes avec l'opposition.

Toujours au coeur du conflit: les liens étroits entre le chef d'Etat et les milieux d'affaires, "un mélange des genres" pas du goût de tout le monde. Le député socialiste Arnaud Montebourg et le porte-parole du PS, Benoît Hamon, se sont ainsi interrogés sur les éventuelles contreparties que le milliardaire pouvait espérer de ses largesses. "Je regrette de devoir m'interroger sur les contreparties que M. Bolloré, homme d'affaires rusé, est en droit d'attendre de la République", questionnait mardi soir Arnaud Montebourg sur les ondes de France Inter.

De son côté, Benoit Hamon a dénoncé ce mercredi sur RTL le "mélange des genres", soulignant que le chef de l'Etat avait justifié l'augmentation "de 140% de son salaire" par le désir de pouvoir "se payer lui-même les frais liés à sa charge." "M. Bolloré a réussi en affaires en faisant de bons investissements et pour M. Bolloré, M. Sarkozy est un bon investissement", a-t-il ironisé, ajoutant: "Aujourd'hui, on ne peut pas sérieusement affirmer qu'il n'y a pas de contreparties à des voyages comme celui-là".

Emois aussi pour le porte parole de la Ligue révolutionnaire, Alain Krivine, qui dénonce les vacances de Nicolas Sarkozy en Egypte comme "une provocation". "Je ne lui reproche pas d'aller où il veut avec qui il veut, mais le fric dépensé, et avec une telle publicité, c'est une vraie provocation, au moment où il demande aux gens de se serrer la ceinture", a affirmé le fondateur de la LCR sur France Inter. Le leader trotskiste se dit même "écoeuré". "Trop c'est trop, on est envahi par les avions et les bateaux de Bolloré et les robes Dior de Rachida Dati", la garde des Sceaux, s'est il exclamé.

Ce à quoi répond également le parti communiste (PCF), qui appelle Nicolas Sarkozy à "un peu de tenue", jugeant "indigne" son comportement de "clinquant milliardaire" lors de ses vacances en Egypte. "Un président de la République n'a pas à être sponsorisé, de quelque manière que ce soit", affirme le PCF , qui ajoute qu'"il est indigne que le représentant du peuple français se comporte comme un clinquant milliardaire étiquetté Bolloré, lors de chacune de ses vacances".

Mais à l'Elysée, on esquive les critiques. "Je comprends mal cette polémique que je sens poindre. Le président a montré son engagement au service des Français. Il montre tous les jours son engagement, il a aussi droit à une vie privée, le droit de prendre quelques jours de repos", a déclaré ce mercredi le secrétaire d'Etat à la Consommation Luc Chatel sur Europe 1.

Il faut dire qu'en plus de la polémique sur les liens étroits entre Nicolas Sarkozy et Vincent Bolloré, vient se greffer la nouvelle histoire d'amour du chef de l'Etat, qui est parti en vacances avec sa nouvelle compagne, la chanteuse et ex-mannequin Carla Bruni. Une idylle dont la révélation a déjà fait couler beaucoup d'encre.

Interrogé sur la façon qu'avait le chef de l'Etat d'afficher sa liaison, Luc Chatel a estimé qu'il était difficile, "à un certain niveau de responsabilités", de séparer vie privée et vie publique.

Bien loin de tous ses débats, Nicolas Sarkozy poursuit lui ses vacances au Old Winter Palace, un hôtel de Louxor de style victorien, situé en bordure de la rive est du Nil. Après Louxor, Nicolas Sarkozy, Carla Bruni et des proches devraient se rendre à Charm el-Cheikh, cité balnéaire du bord de la mer Rouge. Selon Le Canard enchaîné, paru ce mercredi, il sera hébergé dans une villa appartenant au cheikh d'Abou Dhabi.

Les vacances achevées, le président français se rendra le 30 décembre au matin en visite officielle au Caire, où il sera reçu par le président Hosni Moubarak. Il regagnera ensuite Paris le 31 décembre pour présenter ses voeux de nouvel an aux Français.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.