Wall Street : les crédits immobiliers à risque, et maintenant Wal-Mart...

 |   |  621  mots
Craintes persistantes sur le plan des crédits immobiliers à risque, révision à la baisse des perspectives de croissance du commerce international et mauvais trimestriels du géant de la distribution Wal-Mart ont fait plier, ce mardi, des marchés qui tentaient de se redresser depuis le début de la semaine. En clôture, le Dow Jones perd 1,57%, le Nasdaq 1,70%.

Comme si les craintes sur les crédits immobiliers à risque ne suffisaient pas, la déception causée par des trimestriels inférieurs aux attentes de la part du poids lourd de la grande distribution Wal-Mart ont aujourd'hui semé à nouveau le trouble sur les marchés. Les statistiques économiques ont pourtant été rassurantes, notamment sur le plan des prix à la production, un peu moins élevés que prévu si l'on excepte les composantes de l'énergie et de l'alimentation, éléments les plus volatils. Les investisseurs ont également été inquiets des informations publiées par l'Organisation Mondiale du Commerce, qui estime que " les risques sur les marchés financiers et immobiliers et d'importants déséquilibres commerciaux sur les biens et services se traduisent par une augmentation des incertitudes en 2007 et soulèvent la perspective d'un affaiblissement de la croissance de l'économie et du commerce sur l'année ". L'OMC table désormais sur une croissance de 6% du commerce international de marchandises, contre 8% l'an dernier.

Stables en ouverture, les grands indices ont vite perdu pied dans les premières heures de cotations, avant de poursuivre leur recul. En clôture, le Dow Jones chute de 1,57% à 13.028,92 points, le Nasdaq abandonnant pour sa part 1,70% à 2.499,12 points.

Deux statistiques étaient programmées ce jour. Le déficit de la balance commerciale américaine s'est réduit à 58,14 milliards de dollars en juin, là où les économistes tablaient sur un solde négatif de 61 milliards. Après révision, le déficit du mois de mai s'est établi à 59,16 milliards de dollars, contre 60,04 milliards initialement annoncé. Les prix à la production sont pour leur part ressortis au-dessus des prévisions en données brutes. Ils ont ainsi augmenté de 0,6% le mois dernier outre-Atlantique, gonflés par la hausse des prix de l'énergie, après une baisse de 0,2% en juin. Les analystes tablaient sur une augmentation de 0,2%. Sur un an, les prix affichent une croissance de 4%. C'est la plus forte hausse depuis septembre 2005. Mais hors alimentation et énergie, les prix ne progressent que de 0,1%, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,2%. En juin, ils avaient augmenté de 0,3%. En glissement annuel, les prix se sont apprécié de 2,3%.

Du côté des valeurs, plusieurs sociétés du secteur de la distribution faisaient donc état de publications trimestrielles ce jour. Le résultat de Wal-Mart est ressorti inférieur aux attentes, à 3,13 milliards de dollars pour les activités maintenues en portefeuille (3,16 milliards anticipé) contre un peu plus de 2 milliards un an plus tôt. Le profit par action est ramené de 76 cents à 50 cents. Les facturations du groupe de grande distribution sont également inférieures aux attentes du consensus, à 91,99 milliards de dollars, contre 92,42 milliards anticipé. Wal-Mart prévoit un bénéfice par action de 62 à 65 cents pour les activités poursuivies au troisième trimestre. L'action perd plus de 5% à 43,67 dollars.

Home Depot a pour sa part enregistré un résultat trimestriel en baisse, à 1,59 milliard de dollars, contre 1,86 milliard un an plus tôt (soit 81 cents contre 90 cents ramenés à une action). Les ventes des magasins ouverts depuis plus d'un an ont reculé de 5,2% sur la période (-1,8% au total à 22,2 milliards de dollars). Le titre recule de 4,88% à 33,52 dollars.

A noter, dans le secteur financier, que selon Citigroup, les informations étant relayées par l'agence Reuters, Prudential Financial (-3,41% à 84,59 dollars), Metlife (-2,17% à 61,41 dollars) et Genworth (-3,26% à 27,92 dollars) présenteraient les portefeuilles d'investissement les plus risqués parmi les sociétés d'assurance-vie. L'exposition aux actifs à haut risque s'élèverait à 13,8% pour Prudential Financial, à 13,6% pour Metlife et à 9% pour Genworth, à comparer à une moyenne de 7,8%.

Enfin, Mattel va rappeler 9 millions de jouets fabriqués en Chine supplémentaires, pour défaut observé dans les peintures. Le titre perd 2,38% à 23,01 dollars.

Denis Lantoine
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :