Le fondateur de Dell reprend les commandes de son entreprise

 |   |  469  mots
Après la démission de Kevin Rollins, Michael Dell, fondateur du contructeur informatique texan, se voit à nouveau confier les rênes de l'entreprise. Dell fait l'objet de deux enquêtes, l'une du régulateur boursier et l'autre de la justice de l'Etat de New York. Par ailleurs, le groupe émet un avertissement sur ses comptes du quatrième trimestre.

A la surprise générale Michael Dell, le fondateur du fabricant d'ordinateur éponyme, a indiqué après la clôture de la Bourse de New York qu'il reprend les commandes du groupe après avoir quitté le poste de PDG en 2004. Il succède à Kevin Rollins, qui a présenté sa démission sur fond d'enquêtes comptables par la justice américaine. Michael Dell, qui aura 42 ans en février, conserve par ailleurs ses responsabilités à la tête du Conseil d'administration, précise Dell dans un communiqué.

Lors des échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, l'action Dell a gagné 4,09% à 25,21 dollars, Michael Dell jouissant d'une solide réputation. Le groupe n'a pas justifié le départ de Kevin Rollins, mais le grand retour de Michael Dell ressemble fort à un nettoyage de la direction à la faveur d'un noyau dur de fidèles pour restaurer l'image du groupe, passée de l'entreprise la plus admirée au monde par Fortune en 2005 à celle d'entreprise en perdition.

Cette annonce intervient en effet alors qu'il y a un mois tout juste, le directeur financier et vice-président de Dell, James Schneider, quittait l'entreprise, alors que le groupe était sous le coup de deux enquêtes, l'une du régulateur boursier SEC, l'autre de la justice de l'Etat de New York. James Schneider a été remplacé fin décembre au pied levé par Donald Carty, ancien président d'American Airlines et d'AMR Corp qui était depuis 1992 membre du Conseil d'administration de Dell.

Les deux enquêtes portent sur de possibles irrégularités comptables depuis 2002 et ont conduit Dell à reporter trois fois la publication de ses résultats trimestriels depuis septembre. En raison de ces retards, la Bourse électronique Nasdaq a même averti Dell qu'il ne remplissait plus les conditions requises pour rester coté.

Dell n'a fait aucune référence mercredi à ces enquêtes, indiquant seulement qu'"à l'heure actuelle, il n'y a pas de personne mieux placée pour diriger Dell que celui qui a créé le modèle de vente directe et a bâti cette compagnie au cours des 23 dernières années".

La création de Dell fait partie des récits flamboyants de la high-tech américaine. Le groupe aime rappeler que Michael Dell a fondé son groupe en 1984 avec 1.000 dollars en poche et a fait en quelques années de Dell le premier fabricant mondial d'ordinateurs, grâce à un concept commercial inédit: la vente directe sans réseau de magasins, qui permet d'abaisser les tarifs de détail.

Le groupe a toutefois averti mercredi que son bénéfice net et son chiffre d'affaires du quatrième trimestre seraient "inférieurs aux estimations moyennes des analystes". Le marché table actuellement sur respectivement 32 cents par action et 15,30 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :