Cessez-le-feu signé en Géorgie, regain de tensions entre Russes et Américains

 |   |  462  mots
La guerre en Géorgie où vient d'être signé le cessez-le-feu, a provoqué de vifs échanges entre Moscou et Washington. L'accord en vue entre les Etats-Unis et la Pologne qui accueillera des éléments du bouclier anti-missile américain suscite la colère des Russes.

La guerre entre la Géorgie et la Russie vient déjà de provoquer des tensions entre Moscou et Washington qui réclame un cessez-le-feu immédiat et respecté ainsi que le retrait des forces russes. Ces dernières répliquent en évoquant l'éventualité de formateurs militaires américains parmi les soldats georgiens et d'armes américaines, notamment des fusils d'assault M16, découverts en Géorgie.

Pour signifier leur mécontentement, les Etats-Unis ont avancé sur un dossier qui énerve beaucoup la Russie : le déploiement d'un bouclier anti-missile en Europe. Washington est parvenu sur le sujet à un accord avec la Pologne qui va accueillir des éléments de ce bouclier. D'où la colère de Moscou qui estime, selon le chef-adjoint d'état-major russe Anatoli Nogovitsyne, que cet accord avec les Polonais "aggrave davantage" l'état des relations entre les deux pays.

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a déclaré ce vendredi à Tbilissi, la capitale géorgienne, qu'elle espérait signer "très bientôt" l'accord avec Varsovie sur le déploiement d'éléments du bouclier antimissile américain en Pologne.

De son côté, le président américain George Bush s'est exprimé sur la question devant la Maison-Blanche, soufflant le chaud et le froid mais estimant qu'une relation "conflictuelle" avec la Russie n'est pas dans l'intérêt des Etats-Unis : "nous espérons que les responsables russes reconnaîtront qu'un avenir de coopération et de paix seront bénéfiques à toutes les parties. La guerre froide est finie. Les jours des Etats satellites et des sphères d'influence sont derrière nous. La brutalité et l'intimidation ne sont pas une manière acceptable de mener la politique étrangère au XXIe siècle. Seule la Russie peut décider si elle veut retrouver la voie des Nations responsables ou si elle veut poursuivre une politique qui ne promet que confrontation et isolation".

Le président américain a indiqué que le Secrétaire à la Défense Robert Gates le tenait informé de la distribution de l'aide humanitaire envoyée par les Etats-Unis aux victimes du conflit entre forces russes et forces géorgiennes. Ce dernier avait exclu jeudi le recours à une intervention militaire américaine dans le conflit russo-géorgien mais a averti que les relations américano-russes risquaient d'être affectées à long terme si Moscou ne changeait pas d'attitude.

Sur le terrain, la situation a en tout cas évolué puisque le président géorgien Mikheïl Saakachvili a annoncé ce vendredi qu'il avait signé "l'accord de cessez-le-feu" avec "l'occupant russe", à l'issue d'un entretien avec la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice. Il a par ailleurs critiqué le manque de soutien à son pays de la part des pays occidentaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :