Dernière ligne droite avant le coup d'envoi des primaires républicaines

 |   |  591  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A cinq jours seulement du "caucus" de l'Iowa, Mitt Romney fait toujours office de grand favori. Newt Gingrich est en chute libre dans les sondages alors que Ron Paul espère créer la surprise.

Qui va bien pouvoir empêcher Mitt Romney de remporter la primaire républicaine ? A cinq jours seulement du caucus de l'Iowa, l'ancien sénateur du Massachusetts fait toujours office de grand favori. Et ce malgré les critiques répétées des militants les plus conservateurs. Mais leur recherche d'une alternative crédible est jusqu'à présent restée vaine. Tour à tour, Michele Bachmann, Rick Perry et Herman Cain n'ont pas su maintenir l'enthousiasme qu'ils avaient suscité au sein de cet électorat. Dernier exemple en date: Newt Gingrich. En tête dans les sondages il y a encore deux semaines, l'ancien président républicain de la Chambre des représentants subit désormais une importante chute, plombé par une intense campagne à son encontre, notamment menée par Ron Paul.

Ron Paul, justement, pourrait constituer une l'alternative à Mitt Romney. Le libertarien peut compter sur une base de sympathisants mobilisé et fidèle. S'il convainc sur son discours économique, en prônant par exemple une réduction du rôle de l'Etat et la suppression de la Réserve fédérale, il effraie en revanche par ses positions sur le 11 septembre ou sur la politique étrangère. Lors du dernier débat entre les candidats à l'investiture républicaine, Michele Bachmann avait ainsi qualifié sa position sur l'Iran de "dangereuse pour la sécurité américaine". D'autres sujets (comme le mariage homosexuel) et son discours parfois extrême constituent également d'importants obstacles sur la route du représentant du Texas.

Selon le dernier sondage réalisé par CNN, Ron Paul recueille ainsi 22% des intentions de votes dans l'Iowa, contre 25% pour Mitt Romney. Derrière, Newt Gingrich est en chute libre, avec seulement 14% des intentions de vote dans cet Etat conservateur du midwest américain. C'est 19 points de moins que début décembre. Un repli qui bénéficie à Rick Santorum, propulsé sur le podium (16%). L'ancien sénateur de Pennsylvanie, souvent ignoré par les médias et bénéficiant d'un temps de parole limité dans les débats, profite de son intense campagne menée sur le terrain : il s'est rendu dans l'ensemble des 99 comtés de l'Iowa. Sa percée récente devra cependant encore être confirmée, notamment dans des Etats où l'électorat lui sera moins favorable.

Si l'issue de ce premier caucus reste incertaine - notamment en raison du mode de scrutin complexe -, celle de la primaire du New Hampshire, le 10 janvier, l'est beaucoup moins. Mitt Romney caracole en tête des sondages, bénéficiant de son implantation locale et du soutien de la sénatrice républicaine de l'Etat, Kelly Ayotte. Avec 44% des intentions de vote, il devance très nettement Ron Paul (17%) et Newt Gingrich (16%). Jon Hunstman, qui a fait du New Hampshire l'objectif de sa campagne, stagne à 9%. Un score qui pourrait le pousser à jeter l'éponge plus tôt que prévu. Rick Santorum ne recueille lui que 4%.

Après ses deux premiers scrutins, une pause de trois semaines pourrait à nouveau redistribuer les cartes, avant deux primaires importantes en Caroline du Sud (21 janvier) et en Floride (31 janvier). Les derniers sondages, réalisés mi-décembre, y étaient encore nettement favorables à Newt Gingrich. Le "Super Tuesday" aura lieu le 6 mars. Dix états se prononceront se jour là, mettant en jeu la moitié des délégués nécessaires à un candidat pour remporter l'investiture. 

Actualités, petites phrases, sondages et analyses... Suivez au jour le jour les primaires républicaines et la présidentielle sur notre blog consacré aux élections américaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :