Obama-Romney : le duel annoncé aura bien lieu

 |   |  762  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après le retrait de Rick Santorum, l'investiture du parti républicain ne peut plus échapper à Mitt Romney. L'ancien gouverneur du Massachusetts dirige désormais tous ses efforts contre le locataire de la Maison-Blanche.

Cela aura pris plus de temps qu'initialement attendu mais moins de temps que redouté par la suite. Mardi, Mitt Romney s'est assuré l'investiture du parti républicain, profitant du retrait de Rick Santorum, son principal adversaire. Car si l'ancien gouverneur du Massachusetts n'a pas encore obtenu les 1.144 délégués nécessaires (il en compte pour l'instant 664 selon le dernier décompte réalisé par le "New York Times"), la victoire ne peut plus lui échapper. Les prochaines primaires ne seront alors plus qu'une simple formalité, avant d'être officiellement investi fin août lors de la convention républicaine.

Mais si Mitt Romney s'est imposé, il l'a fait sans éclat. Voire même par défaut, faute d'avoir en face de lui des candidats pouvant tenir la distance, aussi bien sur le plan financier que sur celui des idées. Tour à tour, Michele Bachmann, Rick Perry, Herman Cain puis Newt Gingrich n'ont pas su maintenir l'enthousiasme qu'ils avaient suscité au sein de l'électorat conservateur jugeant Mitt Romney trop modéré. Rick Santorum y était parvenu. Mais son manque d'organisation et ses positions extrêmes l'ont empêché de rassembler au-delà et ainsi de se poser en rival véritablement dangereux.

A six mois des élections de novembre, Mitt Romney ressort quelque peu affaibli de ces primaires, bien plus compliquées que prévu. Il doit désormais faire face à une délicate équation. D'un côté, il doit rassembler et rassurer une frange non négligeable des militants républicains, notamment ceux du Tea Party, qui ne le jugent pas assez conservateur. Ces électeurs s'étaient fortement mobilisés lors des élections de mi-mandat de novembre 2010, permettant au "Grand Old Party" de reprendre le contrôle de la Chambre des républicains et de gagner des sièges au Sénat. Leur mobilisation sera à nouveau importante.

De l'autre, Mitt Romney va également devoir courtiser les électeurs indépendants, ces indécis qui scellent traditionnellement le sort des élections présidentielles américaines, après avoir dérigé sur la droite. Maladroitement, l'un des ses conseillers avait résumé la stratégie à venir: "Je pense qu'on appuie sur le bouton 'redémarrer' pour la campagne de l'automne. Tout change. C'est presque comme un écran magique. On peut le secouer et tout recommencer", avait-il expliqué sur CNN. Il lui faudra également regagner le c?ur des femmes, nettement favorables à Barack Obama, après une surenchère républicaine contre l'avortement et la contraception.

Dès le début de la campagne à l'automne 2010, Mitt Romney était déjà projeté sur son affrontement avec Barack Obama, se positionnant souvent au-dessus de la mêlée. Ses difficultés à rapidement remporter les primaires l'avaient par la suite contraint à d'abord se concentrer sur ses rivaux républicains. La victoire dans la poche, il va maintenant pouvoir à nouveau diriger l'essentiel de ses efforts contre le président américain. Les angles d'attaques sont connus: la persistance du chômage, le poids des dépenses publiques, l'abondance de régulation et bien entendu l'inévitable réforme de la santé, examinée fin mars par la Cour suprême et menacée d'invalidation.

Les équipes démocrates n'ont pas attendu la victoire de Mitt Romney pour le cibler, le décrivant depuis des mois comme le candidat servant les intérêts de Wall Street et des Américains les plus riches, bien aidés par son passé à la tête du fonds d'investissements Bain Capital au cours duquel il a fait fortune. Mardi, Barack Obama a de nouveau insisté sur la "Buffett Rule", qui doit garantir que les millionnaires paient, proportionnellement, au moins autant d'impôts que la classe moyenne. Cette question de justice sociale devrait être l'un des piliers de la campagne démocrate. Mais l'élément déterminant sera certainement l'amélioration de la conjoncture et de l'emploi. Si elle se confirme, la tâche de Barack Obama sera grandement facilitée. En revanche, la hausse continue des prix de l'essence pourrait être un poids.

Les derniers sondages tournent en tout cas nettement à l'avantage de Barack Obama, crédité de 51% des intentions de vote dans une enquête réalisée par le "Washington Post" et ABC News. Mitt Romney recueille seulement 43%. Mais la volatilité des intentions de vote reste encore importante: le mois dernier, le candidat républicain devançait son adversaire démocrate.

Actualités, petites phrases, sondages et analyses... Suivez au jour le jour les primaires républicaines et la présidentielle sur notre blog consacré aux élections américaines. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2012 à 5:01 :
Je crois que le candidat républicain sera RON PAUL et non pas Romney. Les Americains sont prêts a voter pour la liberté , le moins voire pas d'état et pour une diminution drastique des dépenses en éliminant tous les grands services de l'état qui ne servent a rien! Cela fera beaucoup de bien au reste du monde et les gens trouveront enfin le fil blanc qui les mènera vers la suppression des politiques gauche/droite c'est pareil, les gens on s'en fout et vers la liberté de commerce, la liberté tout court et la responsabilité personnelle sans compter sur l'état qui est de toute façon en faillite!
a écrit le 12/04/2012 à 12:10 :
Les Américains auront droit, comme les Français, à un débat politicien absolument sans intérêt entre deux collectivistes convaincus parfaitement d'accord sur l'essentiel : maintenir ou amplifier l'Etat-providence obèse liberticide. Que de temps perdu pour nos deux pays, alors qu'ils foncent vers la catastrophe !
a écrit le 12/04/2012 à 1:36 :
Cela laisse donc 2 candidats de valeur. Obama et Romney sont tout deux des hommes de dialogue et de compromis, loin des positions dogmatiques et intransigeantes des Bush ou Santorum. C'est un bon présage pour les États Unis. Compte tenu du passé de ces deux hommes, on peut être certains qu'il sauront l'un comme l'autre guider les USA durant les 5 prochaines années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :