Rendez-vous à Rangoon

 |   |  575  mots
(Crédits : Terrafemina)
Du 6 au 7 décembre prochains, le Women's Forum orchestre, en partenariat avec l'Ambassade de France en Birmanie, la première édition de son WF Myanmar. Christine Lagarde, Aurélie Filippetti, Christophe de Margerie, Anne Lauvergeon, entre autres, vont pendant deux jours dialoguer avec les femmes birmanes. En particulier Aung San Suu Kyi, la Prix Nobel de la Paix.

L'idée d'organiser une édition pocket du Women's Forum en Birmanie est née, il y a deux ans, lors de la visite d'Aung San Suu Kyi, en France. Au cours de son premier voyage en Europe, après sa libération, la Prix Nobel de la Paix a encouragé l'équipe de Véronique Morali à venir s'adresser aux femmes de son pays pour les aider à conduire la Birmanie sur le chemin du développement, de la paix et de la démocratie. Thierry Mathou, l'ambassadeur de France au Myanmar a défendu le projet avec Jacqueline Franjou, directrice générale du Women's Forum. Il a fallu un an et demi, avec l'accord des autorités, en particulier l'appui de la ministre des affaires sociales, Myat Myat Ohn Khin (la première femme ministre nommée ministre) pour réaliser l'opération.

Le Women's Forum se tiendra dans 8 jours désormais. Du 6 au 7 décembre, une délégation de 150 chefs d'entreprise et top managers va pouvoir dialoguer avec 300 femmes birmanes. Christine Lagarde, drectrice générale du FMI, Aurélie Filippetti, ministre de la culture, Christophe de Margerie, pdg de Total, Chris Viehbacher, pdg de Sanofi, Umran Beba, vice-président de PepsiCo, Olivier Klein dg de la BRED, Alice Dautry, directrice générale de l'Institut Pasteur. Parmi les partenaires historiques de l'organisation, Lenovo, L'Oréal, Orange, BNP Paribas, mais aussi KPMG et Mastercard vont également faire le déplacement.

 "Organiser le Women's Forum Myanmar est une occasion formidable de réunir des dirigeants, des leaders d'opinions internationaux et des actrices de la société birmane pour échanger et travailler ensemble pour la promotion des femmes dans cette région. En agissant et en faisant entendre leur voix, les femmes influencent et dessinent la Birmanie de demain.  » explique Véronique Morali, la présidente du Women's Forum. "Dans une société comme la Birmanie, dont les besoins sont immenses qu'il s'agisse notamment de l'électricité, la santé et l'éducation, les femmes jouent un rôle essentiel." Aung San Suu Kyi, la prix Nobel de la Paix assistera aux deux jours de rencontres du Women's Forum Myanmar. Jacqueline Franjou avance avec détermination, respect et diplomatie. "Nous nous rendons en Birmanie pour observer, discuter, apprendre et nouer des échanges. Nous souhaitons promouvoir le changement en établissant les conditions de partenariats à long terme." Le projet n'a pas été simple à monter, la Birmanie est un pays qui s'ouvre. Il faut avancer pas à pas.

Dix mois avant son dixième anniversaire, ce pari audacieux illustre non seulement la volonté d'ouverture de la Birmanie, le rôle actif de l'Ambassade de France sur place mais aussi la stratégie et le nouvel élan, initiés par l'équipe du Women's Forum. Après le retour à l'équilibre financier, réalisé depuis son rachat voici 5 ans par Publicis, l'internationalisation de la manifestation, par des éditions pocket (deux jours) va s'accélérer. Le Women's Forum s'est d'ores et déjà par deux fois externalisé à Sao Paulo au Brésil. Après l'édition Myanmar, c'est au Parlement européen que le 28 janvier prochain, 150 chefs d'entreprise et leaders d'opinion se retrouveront pour débattre de la question des femmes. Dubaï va suivre, comme d'autres projets en Europe. Déjà, le Brésil prépare sa troisième édition (qui se déroulera du 26 au 27 mai prochains). En attendant Deauville à l'automne prochain et la dixième édition du Women's Forum.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2013 à 10:10 :
Il faut boycotter cette évènement. Dans ce pays qui se permets de pratiquer un nettoyage ethnique méthodique à l'encontre de millions d'apatrides de la minorité des Royinghas.
Merci Mme le prix Nobel de la paix pour votre silence complice.........................Nos contrats ont un prix. Celui de millions d'exclus.................Meme le dalai lama est intervenu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :