Essilor, le prix de la visibilité

 |  | 277 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Tribune)
Le titre fait partie des rares élus à avoir échappé au courant baissier des marchés amorcé mi-2007. Notamment grâce à un modèle économique résiliant.

On pourrait se dire qu'une publication de résultats trimestriels de plus supérieure aux attentes n'a rien de très surprenant. De Carrefour à LVMH en passant par l'Oréal, les poids lourds du CAC40 habituent depuis une semaine le marché aux bonnes nouvelles. Mais très peu comme Essilor peuvent se targuer de coter plus de 30% au-dessus de ses niveaux de cours précédant la faillite de Lehman. Encore moins ont échappé au courant baissier du CAC40 amorcé mi-juin 2007. Partant de là, les 2,5% de croissance interne du chiffre d'affaires du numéro un mondial des verres ophtalmiques au premier trimestre prend tout son sens. Moins pour les 0,3 point gagné par rapport aux prévisions du consensus que pour la force de son modèle économique. Le même qui permet à la direction de viser 5 à 7% de progression organique de ses revenus cette année.

Mais aujourd'hui se pose la question du juste prix du titre Essilor. A 12,3 fois l'excédent brut d'exploitation, le groupe est revenu à des niveaux historiques. Une valorisation qui limite, comme aujourd'hui, l'ampleur de l'effet de surprise. Sans pour autant provoquer de mouvement de prises de bénéfices. Car la confiance des investisseurs dans la capacité du groupe à créer des richesses sur son segment d'activité est sans faille. Essilor est environ trois fois plus gros que son principal concurrent. Pour des dépenses en recherche et développement presque quatre fois plus importantes que la moyenne. Si l'on rajoute à cela un réseau distribution solidement consolidée par une politique d'acquisitions active, le placement est idéal. A condition de tenir la cadence au risque de voir poindre une mauvaise surprise.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :