Schulz contre Juncker, le duel pour l'Europe

 |   |  198  mots
Jean-Claude Juncker et Martin Schulz. / DR
Jean-Claude Juncker et Martin Schulz. / DR (Crédits : DR)
[Replay] Portrait croisé des deux principaux candidats à la présidence de la Commission européenne. L'Allemand Martin Schulz, actuel président du Parlement européen, se présente au nom des socialistes. Son rival Jean-Claude Juncker, ex-Premier ministre du Luxembourg, a été désigné par le Parti populaire européen (conservateurs).

L'Allemand Martin Schulz, actuel président du Parlement européen, se présente au nom des socialistes, et son rival Jean-Claude Juncker, ex-Premier ministre du Luxembourg, a été désigné par le Parti populaire européen (conservateurs). Les journalistes d'ARTE, qui les ont suivis en campagne électorale, dessinent leurs portraits.

Leurs deux formations sont les plus importantes de l'hémicycle de Strasbourg, à côté de cinq autres de taille plus modeste. Quelle vision ces deux poids lourds ont-ils de l'avenir de l'UE ?

Programmes et différences

Le social-démocrate Schulz souhaite plus de compétences et d'influence pour le Parlement, alors que le démocrate-chrétien Juncker veut conserver la prééminence des chefs d'État et de gouvernement au sein du Conseil. En quoi ces approches différentes peuvent-elles avoir une incidence sur la stabilité de l'euro, le chômage des jeunes ou la gestion d'une crise internationale comme celle qui se déroule en Ukraine ?

Si le taux d'abstention est élevé le 25 mai, cela profitera en priorité aux eurosceptiques. Il n'est pas exclu que les deux grands blocs doivent alors conclure une coalition pour continuer à avancer et ne pas mettre en danger les acquis européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2014 à 12:23 :
pour calmer les marinistes ,? IL Y A 8 MILLIARD S D HUMAINS SUR TERRE? ET 60 MILLIONS DE FRANCAIS? SANS L EUROPES ET SANS ECHANCHE COMMERCIAUX LA FRANCE NE PEUT PAS S EN SORTIR???
a écrit le 26/05/2014 à 10:55 :
Je n'arrive pas à comprendre pourquoi le prochain probable président de la commission européenne a pu être premier ministre d'un paradis fiscal : Le LUXEMBOURG. l'harmonisation n'est pas pour demain.
a écrit le 25/05/2014 à 11:48 :
La France a disparu des ecrans radar depuis 2 ans.
Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent et même les Français n'ont plus confiance en leurs dirigeants alors les autres...
a écrit le 25/05/2014 à 9:51 :
Ca y est, on recommence les mêmes travers au niveau Européen. On nous présente uniquement les deux guignols des deux coalitions en place, et absolument pas la diversité complète. Après cela, on va encore se plaindre que le peuple vote mal. Mesdames et Messieurs les journalistes, n'apprenez vous donc rien ? Vous allez continuer longtemps a faire bien docilement le jeux des parasites en place ? Votre objectivité a largement dépassé la ligne jaune, et il va être urgentissime de vous reprendre, a moins que vous ne soyez payés pour mettre toute l'Europe a feu et a sang...
a écrit le 24/05/2014 à 18:50 :
Duel pour un salaire de footballeurs Saoudien
a écrit le 22/05/2014 à 0:57 :
Dans la course aux élections européennes, des populistes anti-européens comme Marine Le Pen ont ravivé la flamme nationaliste en révélant à leur électeurs que deux éminents Prix Nobel d’économie (Amartya Sen et Joseph Stiglitz) qui sont par ailleurs de centre-gauche, s’opposent à une Europe plus unie. Cependant, dans une déclaration sortie le 10 avril dernier, les deux Prix Nobel ont contesté le détournement et la manipulation de leurs opinions à des fins politiques auxquelles ils s’opposent. La déclaration des deux Prix Nobel n’a laissé planer aucun doute sur leur position: "Nous nous prononçons fermement pour une Europe plus unie, avec une intégration politique à la clé. L’union monétaire devrait aller de pair avec l’union fiscale et l’union bancaire: nous espérons voir apparaître ces deux unions en temps utile. Bien que nous pensons qu’instituer une union monétaire sans intégration bancaire, fiscale et finalement politique, soit une erreur économique, nous restons fermement pro-européens, et non anti-européens, puisque nous désirons bien plus qu’une simple union monétaire."
a écrit le 22/05/2014 à 0:55 :
Le Front national croit nous ramener en 1960 à la souveraineté, à la croissance. Il oublie ce que l'économie française devait à l'époque à son « ouverture », au Marché commun naissant et au rattrapage des technologies et du management américains. La croissance française n'était pas autonome, au contraire, elle venait de l'ouverture. A faire l'inverse, à refermer les portes, Mme Le Pen se prive des vrais moteurs de l'expansion. Et c'est encore plus vrai aujourd'hui avec tous les marchés extérieurs des pays émergents qui s'ouvrent pour nos entreprises. C'est l'illusion de l'extrême droite comme d'ailleurs de Mélenchon : ils ne nous ramènent pas en 1960 mais avant 1930.
a écrit le 22/05/2014 à 0:52 :
Les investisseurs étrangers s’inquiètent de voir des députés vouloir «défaire» l’Europe et l’euro, dans un contexte de croissance fragile. Dans le doute, et sans attendre le résultat du scrutin, lundi, ils vendent les titres européens. Du coup, les taux d’emprunt des États périphériques de la zone euro remontent. Ils sont à leur plus haut niveau depuis deux mois, notamment en Grèce, en Italie, au Portugal.
Réponse de le 22/05/2014 à 8:34 :
c'est tout ? la liste est terminée? votez donc pour ces 2 guignols, nous irons mieux, ensuite:!
a écrit le 21/05/2014 à 20:59 :
Ha ha ah deux candidat pour le même programme dixit monsieur juncker. Encore plus de commissaires remarquer c est vrai que l exemple des commissaires dans les différentes économies ont été des réussites lol.
Réponse de le 22/05/2014 à 0:51 :
Quel rapport entre les commissaires européens et les économies des Etats ? C'est peut être l'Europe et l'euro à l'origine des dettes de la France depuis 40 ans alors que ni l'UE ni l'euro n'étaient en place ? Et que le Japon qui n'a rien à voir est encore plus endetté tout comme d'autres pays.
Réponse de le 22/05/2014 à 22:48 :
2014 MOINS 40 égale 1976 ha oui il y avait déjà des commissaires européens pour négocier a notre place . le gatt ok pas le même nom mais les mêmes envies . quand a l origine des dettes depuis qu il y a des etats ils sont endéttés voire les livres d histoires. il n y avait pas l euro mais le serpent monétaires .
a écrit le 21/05/2014 à 18:09 :
Ni un, ni l'autre ! je vote POUR MARINE! point..
Réponse de le 22/05/2014 à 8:36 :
les commentaires, contre le FN, je m'en bat l'oeil, je voterai pour lui !
a écrit le 21/05/2014 à 17:42 :
Pour l'Europe ? pour l'Allemagne oui ! Soit avec l'Allemand Schulz (socialiste) et le luxembourgeois Juncker (conservateur) imposé par A.Merkel. Les départageront probablement le flamand Guy Verhofstadt (libéral) ou l'Allemande Ska keller (vert), un quartet de culture et de langue très germaniques. Le grec Aléxis Tsípras (extrême gauche) rajouté in-extrémiste dans les débats dénote un peu.
a écrit le 21/05/2014 à 14:05 :
Aucune difference entre eux ,un duel pour la place (elle est bonne)pour le reste on avance entre de la turquie de l'Azerbajian et plus tard du maroc et de la tunisis
Réponse de le 21/05/2014 à 18:10 :
et au passage, les US...n'en jetez plus la cour est pleine!
a écrit le 21/05/2014 à 12:38 :
Ces quelques commentaires sont lamentables ! Aucune argumentation, aucun projet, aucune perspective ! Et moi je dis, après mures réflexions et études, que l'avenir de la France, qui en elle-même n'est plus rien dans le concert des nations, est dans la seule union avec les autres pays d'Europe. Il n'y a pas d'autres alternatives. Toutes les erreurs passées sont pour la plupart le fait de notre pays et de sa politique et non pas du fait de Bruxelles qui est trop devenu le bouc émissaire de tous nos maux. La plus grosse faute de l'UE est de n'avoir pas fait valoir toutes les aides accordées à l'agriculture, aux régions, aux communes et surtout à de nombreux pays plus défavorisés. L'austérité qui nous pénalise actuellement est la faute des gouvernements français successifs qui ont emprunté sans discernement et dont nous avons trop profité jusqu'aux années 2010. Nous avions vécu au-dessus de nos moyens sans faire les réformes nécessaires.
Réponse de le 21/05/2014 à 14:03 :
Tout viens de la loi de 1973 qui a oblige les etats a emprunter aux banques prives la dette a commence la et tout ca a etait voulu par la finance Us pour imposer au monde un seul systeme
Réponse de le 21/05/2014 à 14:27 :
rien à ajouter, rien à retirer
Réponse de le 22/05/2014 à 8:39 :
les hommes politiques avec leur gaspillages, choix désastreux ont "vévu et mené le pays au dessus de ses moyens, peut-etre vous aussi, avez vous vécu au dessus de vos moyens ! MOI, PAS !!et je n'en ai vraiment pas l'impression, comme beaucoup de Français.
a écrit le 21/05/2014 à 10:29 :
Duel sans merci, lutte pour l'Europe , bien sûr ! = FRIC!FRIC!& FRIC! VOTONS POUR MARINE !!!
a écrit le 21/05/2014 à 10:23 :
On est bien lotis avec ces faiseurs de m.......e ! l'UE , on en veut plus! comment faut le dire?? c'est sûr que pour eux, tout est bon ! ils s'accrochent !!!
a écrit le 21/05/2014 à 8:34 :
M Godin avant on aimait pas l'Union européenne mais on l'a déteste.
a écrit le 21/05/2014 à 8:27 :
le choix entre un socio-libéral et un libéral-socialiste
a écrit le 21/05/2014 à 8:20 :
Rien pour cette europe dimanche!! RIEN de rien ! elle est pathétique
Réponse de le 21/05/2014 à 10:26 :
Votons FN pour les remettre à leurs places ! ils ne pensent qu'à nous bouffer tout crus! ce n'est plus tolérable !
a écrit le 21/05/2014 à 7:41 :
...ouais ! que du beau monde ! la place est bonne ...
a écrit le 21/05/2014 à 7:40 :
Entre la peste et le cholera...
Réponse de le 21/05/2014 à 8:42 :
Vous avez raison il nous reste le FN juste pour les faire chi..
Réponse de le 21/05/2014 à 10:24 :
EXACT ! pour leur mettre des bâtons dans les roues, à TOUS !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :